Notre veille

Article

Ecologie ou Economie ? The Nature Conservancy vous laisse choisir

Article Conseil

Comme la politique et le sport, l'environnement est un sujet propice aux polémiques. Faut-il préserver coûte que coûte la nature, au détriment de la croissance et la création d'emplois ? Faut-il au contraire chercher avant tout à développer l'économie, au risque de mettre en danger des écosystèmes ? Pour inciter les gens à dépasser les idées reçues, l'ONG The Nature Conservancy et l'agence Kemp Goldberg Partners ont imaginé la campagne #futureofnature. La campagne repose sur trois éléments : - Des affiches dans la ville de Boston. En dépit de la variété des formats, elles utilisent  la même formule : deux choix apparemment incompatibles (Forêts ou bucherons, poissons ou pêcheurs, Écologie ou Économie) qui sont introduits par des cases à cocher, la question « What is the #futureofnature ? » et la phrase « Let's talk about it on futureofnature.org ». -  Le site internet. Des commentaires s'appuient sur des exemples de projets de l'ONG pour montrer que les options affichées ne sont pas inconciliables. Twitter. Les affiches ainsi que le site renvoient au hashtag #futureofnature, qui existait déjà avant le début de la campagne. Le site affiche les derniers gazouillis liés au hashtag et ceux qui se connectent à twitter depuis le site peuvent rédiger des messages commençant par « the #futureotnature is ». Le principe rappelle celui de la campagne Voice Your View, que le quotidien The Guardian avait lancée en mars dernier. Dans les deux cas, des affiches exposent des oppositions binaires ; les passants sont invités à prendre parti et à se rendre sur le site de l'opération, où sera brossé un tableau plus nuancé du sujet. Quels sont les ressorts d'une telle stratégie publicitaire ? - Un sujet significatif. À priori, la plupart des gens sont susceptibles d'avoir une opinion, certes plus ou moins partiale, sur les questions soulevées dans la campagne, ne serait-ce parce que les enjeux environnementaux sont largement évoqués dans les médias. - Une présentation clivante. La publicité affiche une alternative de façon « objective », sans favoriser une option au détriment de l'autre. Le passant a ainsi plus de chance de réfléchir à la question et donc de mémoriser le message publicitaire. - La dimension pédagogique. Le site récompense les curieux en leur faisant découvrir un horizon plus vaste que celui qu'ils imaginaient en effectuant leur choix. Ceux-ci seront alors plus enclins à s'intéresser à la mission de l'organisation. En définitive, la campagne exploite un ingénieux paradoxe : passer par la caricature pour souligner son aptitude à gérer la complexité.  
Chargement