Notre veille

Article

Arrêt sur images, trublion des médias

Article Conseil

Depuis des années déjà, la vague Internet déferle sur les médias… La montée en puissance du Web remet en cause les business models des médias traditionnels et fait frémir l’actionnariat des grands groupes d’information. L’American Press Institute a, par exemple, lancé, à grands renforts de millions de dollars, le projet « Newspaper Next » pour se pencher sur Le séisme qui secoue leur industrie… Du modèle totalement gratuit, financé par la pub (El Mundo) au modèle payant (Le Parisien, Libération) en passant par des versions hybrides (Le Monde) … les grands noms de l’information tâtonnent toujours sur Internet. Cette semaine marque un tournant dans toutes ces réflexions stratégiques… Sans pour autant tracer la voie. D’un côté les partisans du « tout gratuit » jubilent: le New York Times, après deux années de modèle payant, vient d’ouvrir, ce 19 septembre, les portes de son contenu rédactionnel à la gratuité… Murdoch, grand gourou de News Corp, embraye et annonce son intention de rendre gratuit l’accès au Wall Street Journal Online et de se baser uniquement sur la pub. De l’autre côté les défenseurs du modèle payant/qualitatif se rassurent… En effet Daniel Schneidermann, animateur de feu la célèbre émission de France 5 « Arrêt Sur Image » renaît de ses cendres. Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'émission, voici un exemple, de reportage de ces agitateurs des médias français (Remise du plus haut grade de la légion d'honneur à Poutine, une première pour un Russe, par Chirac... A l'abri de toute couverture médiatique française) :
Chirac décore Poutine, Arrêt sur image
Uploaded by JeanBleuzen Pressions aidant, l’émission avait été déprogrammée cette saison de France 5 et ce, malgré les 180.000 signatures d’internautes sur la pétition pour le retour de l'émission. Heureusement l’équipe de trublions de l’info française ne baisse pas les bras et décide de lancer son propre site Internet, très Web 2.0. Le tout calqué sur un modèle financé par les visiteurs loin de tout investisseur, évitant ainsi les pressions, et sans débauche publicitaire. Véritable relation avec son public, le site propose un abonnement d’un an fixé à 30 €, 10 € pour trois mois… l’année d’accès au site chute à 12 euros pour les étudiants, chomeurs, précaires … sans exiger de justificatif ! Le site propose même un accès gratuit sur simple lettre de motivation… Une véritable relation de confiance instaurée entre l’équipe et ses auditeurs ! Le site définitif se lancera donc officiellement le 7 janvier 2008… En attendant il est dans une phase de « pré-abonnement » relayé par un buzz énormeEn moins d’une semaine, le site a déjà récolté 12.000 inscriptions et plus de 240.000 euros …Telle est la puissance du buzz , le bouche-à-oreille numérique pouvant même faire frémir les plus grands groupes de médias et remettre en cause les modèles économiques de la presse en ligne !
Chargement