Notre veille

Article

Break Art by Kit Kat : l'art par l'esprit

Article Conseil

Depuis 1958 et l'invention du fameux slogan « Have a Break, Have a Kit Kat », Kit Kat souligne que ses barres chocolatées sont les compagnes privilégiées des moments de détente. Avec la campagne Break Art, la marque va essayer de le prouver ! En effet, depuis début juillet, des campus singapouriens accueillent d'étranges « stands cérébraux » (Brain Booths), qui invitent les curieux à se livrer à une expérience d'électroencéphalographie pour le moins originale. Les volontaires portent un casque qui retranscrit sur un écran l'activité électrique du cerveau. Mais au lieu de contempler d'austères graphiques, ils admirent des motifs artistiques, dont la forme et les couleurs changent lorsqu'ils savourent un Kit Kat, soulignant ainsi son effet relaxant. En guise de récompense, ils reçoivent une toile ou un badge qui immortalise leur œuvre. Toutefois, ce n'est pas tout, car ils empochent aussi du « Kit Kat Kash », une monnaie virtuelle qui leur permettra d'obtenir friandises, trousses ou carnets sur une boutique accessible depuis l'application Facebook de la campagne. Ils pourront même acquérir plus de Kit Kat Kash au moyen du jeu Smiler Maker, qui fait partie de l'application. Le principe du jeu est simple : affichez votre plus beau sourire devant la webcam, en espérant qu'il est à la fois plus large que celui des amis défiés et qu'un paquet de Kit Kat ! Détourner une méthode scientifique à des fins publicitaires Au premier abord, l'exercice semble douteux. Car, bien entendu, la démonstration n'est guère crédible : en supposant que les mesures soient valides, rien ne garantit que c'est le Kit Kat en particulier qui aurait un effet relaxant. Après tout, un autre chocolat aurait pu obtenir un résultat équivalent... Heureusement, Kit Kat Singapour a eu l'idée ingénieuse de transformer les encéphalogrammes en œuvres d'art personnelles. Les participants oublieront alors l'arrière-fond pseudo-scientifique pour retenir le côté enchanteur de l'expérience, dont ils garderont des souvenirs tangibles grâce aux cadeaux reçus. Et avec le gain de monnaie virtuelle, ils seront enclins à visiter l'application Facebook, accessible uniquement aux fans de la page officielle : un bon moyen d'augmenter le nombre de fans et la fréquence de leurs interactions. Dans le but de s'assurer une publicité maximale sur le réseau social, Kit Kat Singapour a même organisé en avant-première un « stand cérébral » réunissant plusieurs célébrités locales, qui ont partagé par la suite leurs productions sur Facebook. En mêlant adroitement esthétique et inspiration scientifique, opérations sur le terrain et réseaux sociaux, Break Art a de quoi réveiller l'artiste qui sommeille en chaque publicitaire !
Chargement