Notre veille

Article

BurningMan : Connaissez-vous le Festival le plus déjanté de la planète?

Article Conseil

Toujours à la pointe de la découverte, Vanksen ne recule devant rien pour découvrir les innovations et les manifestations les plus surprenantes en France comme à l’international. Cette fois-ci, direction le désert du Nevada pour BurningMan, Festival de la libre expression lancé il y a presque 20 ans sous le pont de San Francisco par quelques artistes un brin hippie, un brin visionnaire, tendance artistique. Début septembre c’est donc 40.000 participant(e)s (aka « burners ») que nous avons rejoint en plein milieu du désert à plus de 60 miles du 1er village pour une semaine d’un évènement sans pareil dans le monde. Essayez d’imaginer un Festival d’une semaine mixant 24h/24 musique, art, spectacle vivant et plus de 600 machines fantastiques (les « mutants vehicules ») et vous serez pourtant loin du compte… La première tâche consiste à s’acclimater aux conditions climatiques hors norme et spectaculaires du désert. La température oscille entre 30°c dans la journée et 16° la nuit. Lors des tempêtes de sable il vous arrive de ne plus voir à 10 mètres… le masque de ski est alors de rigueur. Enfin oubliez le confort moderne : pas d’eau courante, pas d’électricité et encore moins de réseau GSM ou internet. Dans l’esprit « leave no trace », chaque participant doit être autonome et venir avec ses réserves d’eau, de nourriture,… et repartir avec tous ses déchets en veillant à ne laisser aucune trace derrière lui. Il faut donc prévoir une logistique à toute épreuve car le 1er village est à plus de 100 kilomètres et il n’y a aucun magasin sur place. Heureusement l’entraide entre « burners » est de rigueur et vous pourrez toujours compter sur vos voisins pour vous dépanner. On restera tout de même médusé devant la capacité des américains (80% des participants sont anglophones) à se prendre en charge et à ne laisser aucun déchet traîner (pas certain qu’il en serait de même en France). Basé sur la libre expression BurningMan fait la part belle à une créativité débridée. Vous serez ainsi tenté de vous arrêtez tous les 10 mètres pour photographier les accoutrements excentriques des participants. Ici tout le monde peut s’habiller ou se dénuder à sa guise dans un mélange entre le moulin rouge version Madmax, une techno party géante à la sauce gothique, et un rassemblement hippie. Ici il n’y a pas de spectateurs, tout le monde est sensé participer selon ses goûts et ses possibilités. Pas de scène mais une succession d’évènements, soirées, shows,… organisés par les camps eux-mêmes… Les camps les plus ambitieux installent des dancefloors regroupant jusqu’à 3000 clubbers à la belle étoile avec des DJs aussi réputé que Carl Cox, d’autres créé des espaces artistiques plus cosy, certains des espaces zen propices au yoga et la méditation… bref il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Vu l’étendu du campement, (en gros 3 miles de diamètre) pour vous déplacer à travers « la Playa » (l’étendue centrale du camp), vous opterez pour un vélo ou stopperez un des 600 véhicules mutants : double autobus transformé en bateau avec dancefloor, souris mécanique, araignée robotisée, penis à roulette ou crâne à roulettes qui le soir s’illuminent tous à coup de LED et de lance flammes (la pyrotechnie est un art très présent à BurningMan).

Evolution from Delrious on Vimeo Pas besoin de titre de transport car pendant une semaine l’argent n’existe plus. Tout fonctionne sur le principe de don. De l’open bar en soirée, à l’accès aux sculptures géantes, aux spectacles vivants, aux frites du campement québécois, l’objectif est avant tout de faire plaisir aux autres… déroutant et un peu euphorisant… Après quelques jours à ce rythme , il y a de quoi s’effondrer, extenué par l’abondance de découvertes, d’échanges de stimulation, de sons et d’images, le manque de sommeil, et les conditions climatiques. Au final si certains caricaturent BurningMan comme un rassemblement d’excentriques à moitié nus et sous l’emprise de drogue (ce qui dans la très grande diversité de BurningMan existe aussi), ce Festival est tellement plus que cela. Véritable débauche de créativité, il montre que 40.000 personnes sont assez folles pour tout quitter le temps d’une semaine afin de célébrer avec autant d’inconnus dans la tolérance la plus incroyable le partage, la fête et la création. Alors si vous avez envie de vivre une semaine incroyable ou juste d’un vrai break loin de Twitter, Facebook ou votre Blackberry, réservez votre place pour BurningMan 2010 : www.burningman.com

Chargement