Notre veille

Article

Contrefaçon : une campagne comme antidote

Article

Parce que la contrefaçon se développe de manière alarmante, la campagne « Contrefaçon, non merci » a été lancée pour sensibiliser les consommateurs (vacanciers, internautes …) aux dommages provoqués par ce phénomène.

La campagne cible en priorité les vacanciers en utilisant une couverture médiatique large : des spots publicitaires, la distribution de produits siglés «Contrefaçon, non merci », le site internet www.non-merci.com.

La campagne a avant tout une visée éducative : avertir sur les menaces pour l’économie, les entreprises et les consommateurs. Vêtements, jouets, logiciels, médicaments … La contrefaçon s’attaque à des pans entiers de l’économie. En s’appropriant illégitimement de la notoriété des marques, la contrefaçon décourage l’investissement dans la recherche-développement de produits. Les consommateurs s’exposent eux-mêmes à des dangers en acquérant des produits contrefaits : risques sanitaires, escroqueries …

La campagne prévient également sur l’arsenal répressif. Les mesures évoluent dans le sens d’un renforcement des sanctions contre les  auteurs de contrefaçon ainsi que les clients adeptes. Ainsi pour le grand banditisme, les sanctions peuvent aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 500 000 euros d’amendes. Sans oublier les consommateurs. Qu'ils soient victimes ou complices, ils encourent des amendes douanières, des sanctions civiles et des sanctions pénales ... De quoi assagir certains esprits !

Chargement