Notre veille

Article

Décryptage #03: Soulja Boy, Lorie et Kamini

Article Projets

Cette semaine, pour notre séquence Décryptage, nous vous proposons de revenir plus en détail sur les buzz artistiques qui ont fait grand bruit sur le web. Nous tenterons de savoir pourquoi et comment certaines stars du show business ont émergé en quelques clics. Revenons tout d'abord sur un buzz qui a défrayé la chronique il y a quelques mois de cela, et essayons de comprendre comment un jeune garçon de 17 ans a pu attirer l’attention de millions d’internautes avec un simple pas de danse... DeAndre WAY, plus connu mondialement sous le nom de Soulja Boy est un jeune rappeur américain agé de 18 ans, devenu millionaire en inventant un pas de danse fantaisiste appelé le "crank". Comment est-ce possible me direz-vous ? Tout commence à Atlanta où le jeune homme passionné de hip-hop écrit ses premiers textes. Accompagné d’un camarade de classe, il crée "30/30 Boys", un groupe de rap avec lequel il enregistre ses premières chansons. Ils ont ensuite l’idée de les diffuser sur internet, via le site SoundClicK qui permet aux internautes d’écouter, télécharger ou commenter des morceaux musicaux. Constatant l’engouement croissant des internautes pour sa musique, il décide de créer son propre site internet, ainsi que sa page MySpace. En quelques semaines son espace Myspace sera visité plus de 10 millions de fois (2006). Mais à ce moment précis, le buzz international autour de lui n’a pas encore vraiment débuté et s’opère essentiellement aux USA. Il faudra attendre une année de plus pour que le phénomène s'internationalise. En effet, il écrit un nouveau morceau "Crank dat", accompagné du fameux pas de danse, le "superman dance", basé sur des mouvements de jambes et des claquements de doigts. Ce morceau sera le facteur prédominant du buzz créé autour de lui. En effet cette danse totalement atypique deviendra l’un des principaux divertissements des internautes qui, chacun leur tour, essaieront de reproduire le mouvement vu dans le clip vidéo. Résultat : le clip sera visionné 10 184 320 fois sur Youtube ! Non satisfait de cet excellent résultat, Soulja Boy décide de produire une autre vidéo sur laquelle il apprend aux internautes à se démantibuler. Cette vidéo sera quant à elle visionnée 36 288 394 fois... rien que ça !
Soulja Boy Tellem - How to Crank That - INSTRUCTIONAL VIDEO!
envoyé par allcurious Soulignons la pertinence et l’intelligence du jeune homme, qui a eu l’idée de mettre en scène dans son clip la façon dont on peut viraliser et créer du buzz autour de quelque chose de simple. Ce clip présente en effet plusieurs adolescents, armés de téléphones portables 3G et d’ordinateurs, montrant à leur entourage le nouveau pas de danse à la mode. Inutile de vous dire que tout le monde se laisse prendre au jeu... Même les stars s’y sont mises, à commencer par la chanteuse Beyoncé, mais aussi le rappeur 50 cent. Le batteur du groupe de rock Blink 182, Travis Baker en a fait une version rock visionnée par 17 millions d’internautes sur Youtube. Mieux que ca, il existe une autre vidéo sur Youtube (visionnée 4 825 878 fois), tournée dans une prison aux Phillipines, mettant en scène 1500 prisonniers imitant le jeune rappeur. Incroyable ! Pour information, Soulja Boy détient le titre de la plus jeune personne à écrire, produire et réaliser un titre resté numéro 1 au Billboard Hot 100 (l’équivalent du Hit parade français) pendant 7 semaines consécutives. La chanson a reçu une nomination lors de la 50ème édition des Grammy Awards, sans compter tous les téléchargements de ringtones (sonneries de téléphone portable) qui ont été effectués après la sortie du titre. Le phénomène Soulja Boy est certes remarquable, mais est-il surprenant pour autant... ? Il fait parti des rares artistes qui ont réussi a s’emparer des médias sociaux et focaliser l’attention sur eux avec peu de moyens. Souvenez-vous d’un certain Kamini? Rappeur hors pairs issu d’un milieu atypique (pour un rappeur) : le petit village de Marly Gomont, dans l’Aisne. En 2006, il écrit et tourne avec des amis la chanson Marly-Gomont qui raconte avec humour l’ennui des jeunes dans le monde rural et la difficulté d’appartenir à la seule et unique famille de noirs du village. Son clip, envoyé à plusieurs « majors » de l’industrie musicale le 12 septembre 2006 est refusé, mais amuse les employés des labels qui le font circuler sur le web. Le buzz se déclenche puis le clip est rapidement relayé par les médias : la chanson passe sur Fun Radio, Skyrock et Contact FM. Kamini est également invité à de nombreuses émissions à commencer par Cauetivi où Cauet décide de le lancer. Puis vient le journal télévisé de Jean-Pierre Pernaut, Le Grand Journal, La Méthode Cauet, On a tout essayé, Star Academy le 1er décembre 2006, etc... Il est même cité parmi les quinze personnalités « nées sur le web » choisies par le Time Magazine comme personnalité de l’année 2005. Autre exemple de star de la musique révélée par internet : la chanteuse Lorie. Son premier titre « Près de moi », n’est cependant accepté par aucune maison de disque. Elle décide alors de diffuser la chanson gratuitement sur Internet via le site peoplesound.fr en 2000. Le titre est téléchargé 15 000 fois en deux mois, ce qui permet à Lorie de signer un contrat avec la maison de disque Epic. « Près de moi » sort finalement en single, accompagné d’un clip qui fera son succès, en 2001 et se vend à plus de 600 000 exemplaires. Alors il faut bien le dire : merci internet ! Internet n’est pas pour autant le seul facteur du succès de ces jeunes gens. Certes, en quelques clics et quelques heures, votre vidéo peut se retrouver à l’autre bout de la planète, et vous voilà désormais en haut de l’affiche, défrayant la chronique et signant des autographes... oui mais voilà, pas si simple que ca. Si Kamini, Lorie et Soulja Boy en sont arrivés là, c’est avant tout parce qu’il proposaient aux internautes un concept totalement nouveau et disruptif de tous les contenus commerciaux que vous et moi visionnons quotidiennement. En effet, quoi de plus surprenant (et surtout amusant) qu’un rappeur chantant au milieu d’un troupeau de vaches ? Si Soulja Boy a fait l’unanimité, c’est principalement parce que le public apprécie son style un peu déjanté et excentrique, combiné à son fameux pas de danse... et à un sens invétéré des affaires. Ils ont su se démarquer des milliers d’artistes, qui comme eux ont un site internet et une page MySpace, mais qui pour autant sont inconnus au bataillon. Il ne leur restait plus qu’à maitriser quelques petites techniques marketing pour atteindre le sommet de la gloire. C’est désormais chose faite... Comme quoi, souvent les choses les plus simples sont les meilleures...
Chargement