Notre veille

Article

Demain la veille publie la carte du marché de l'e-reputation

Article E-réputation

Il y a quelques mois, Aref JDEY, du blog référence, "Demain la veille", a sorti la première version de sa carte du marché de l'e-reputation. Ce tableau, d'approche simple, dans le même style qu'un tableau périodique de Mendeliev, segmente en quatre catégories un peu moins d'une centaine d'entreprises présentes à plus ou moins grande échelle sur le marché de l'e-reputation en France. Les typologies sont les suivantes : - Les éditeurs de solution - Les agences pure player - Les agences globales - Les outils gratuits La blogosphère et la twittosphère se sont chargées de relayer la publication et ce document a été à juste titre très largement diffusé au sein des communautés e-reputation francophones et anglophones. Mais sur un marché nouveau et relativement changeant, Aref JDEY a eu l'excellente idée de proposer, dès la publication de la première version de la carte, un crowdsourcing donnant la possibilité à ses lecteurs de proposer les acteurs oubliés de celle-ci, c'est du reste ce que nous avons fait pour VanksenWatch (notre nouvelle plateforme de gestion de l'e-reputation). Et ce sont ces mêmes nouveaux protagonistes mentionnés grâce au crowdsourcing qui ont été ajoutés à la nouvelle version de la carte que nous vous présentons ci-dessous. [ Cliquer ici pour voir la carte sur le blog Demain la veille->http://www.demainlaveille.fr/2009/11/16/e-reputation-market-map-v2-marche-de-la-e-reputation-v2/] Cette fois-ci, trois mois après la première version, on est largement au dessus la centaine d'acteurs et que remarque-t-on ? Du côté des éditeurs de solutions, peu de noms connus par rapport au nombre total, évidemment c'est dans cette section que l'on retrouve le célèbre Radian6 et les plus francophones Synthesio et Attentio et AMI Software. En face, chez les agences, tous les grands acteurs du marché de la publicité sont présents : Publicis via Net Intelligenz, TBWA Watch, Euro RSCG C&O et Ogilvy. Au centre, parmi les pure players, on retrouve désormais VanksenWatch ainsi qu'un grand nombre de petites structures dont la principale force est de pouvoir s'adapter précisément aux besoins de leurs clients en développant des services sur mesure. Enfin, en dessous sont placés les outils gratuits toujours très utiles pour prendre conscience de l'importance à accorder à la variable e-reputation en entreprise (cf article culture-buzz). Aref JDEY conclut : Comme mentionné lors de la présentation de la première version de cette cartographie, le marché, encore balbutiant, fait ses premiers pas et manque de maturité. C'est à partir de ce constat que j'ai voulu avoir une vision globale et synthétique, sans forcément tomber dans le travers de l'exhaustivité. Le marché est tiré principalement par les offres logicielles, majoritairement nord-américaines. En marketing, c'est l'offre qui créé la demande, une demande pour l'instant technologique, mais qui nécessite de plus en plus d'intelligence humaine, pour s'approcher au mieux des attentes des clients et répondre ainsi à leurs besoins. Pour des raisons économiques, le business model d'un éditeur est plus facile à calibrer, contrairement aux business models d'un pure player en prestation de services ou en conseil. Quant à l'avenir du marché, à mon avis, la tendance sera vers la concentration d'acteurs et l'intégration d'une offre globale. Sur le plan technologique, il reste encore du chemin à faire pour le volet d'analyse automatique des tonalités, appelé sentiment analysis. Sachant que l'une des particularités de ce marché aux USA, c'est la tendance vers l'outsourcing global, notamment en Inde, à la fois de la production de contenu mais aussi de l'analyse métier. Nous ne sommes pas loin de nous retrouver avec des buildings entiers basés en Inde, remplis de community managers, de veilleurs et d'analystes d'image.
Chargement