Notre veille

Article

Déménagement & emballement médiatique

Article Création

Nous assistons actuellement à un très bel exemple d'emballement médiatique, de "bad buzz" et d'affaire d'état. L'histoire commence mal, mais pas trop. Le Canard Enchaîné dévoile que le Ministre de l'Economie, Hervé Gaymard, est logé dans un appartement de 600 m2 aux frais de l'état. Un logement vraiment spacieux ... et vraiment cher : 14 000 Euros par mois, aux frais du contribuable. Hervé Gaymard à tout d'abord bien réagi. Il reconnaît immédiatement la situation quelque peu abusive, fait ses excuses, déménage et règle son solde. Mais l'anecdote, qui aurait due en rester une, devient rapidement "l'Affaire Gaymard", et à nous d'assister à toutes les erreurs de communication à ne pas commettre, chose étrange de la part d'un politique de ce rang, plongeant jour après jour ce dernier dans une tourmente dont on se demande bien comment il va s'en sortir. Interviewé mardi par Paris-Match, Hervé Gaymard expliquait qu' "Evidemment, si je n'étais pas le fils d'un cordonnier marchand de chaussures, si j'étais un grand bourgeois, je n'aurais pas de problème de logement. Je serais propriétaire de mon appart, et il n'y aurait pas toute cette affaire". Pas de chance, le lendemain le Canard Enchaîné révèle que la famille du Ministre est propriétaire d'un appartement de 200 m2 dans le Ve arrondissement. Ce dernier serait occupé par un ami du Ministre, à titre gracieux selon ce dernier. Ce coup de théâtre est rapidement suivi d'un rebondissement : "Le Monde" révèle que cet appartement est en fait loué environ 2000 Euros par mois. Or selon les conditions du gouvernement, les ministres propriétaires d'un logement à Paris ne peuvent prétendre à un logement de fonction aux frais de l'Etat. Et le buzz de s'emballer, mettant les membres du gouvernement ainsi que les personnalités politiques qui le soutenaient de moins en moins à l'aise. Les erreurs de communication sont ici flagrantes. Le bon sens dans ce cas de figure est de jouer le profil bas et de privilégier le silence à la prise parole. Si les braises ne sont pas attisées, elles s'éteignent d'elles mêmes, le bouche-à-oreille s'essouffle et le public passe à autre chose. Au lieu de cela, le Ministre à cumulé les mensonges et les maladresses, devenant la cible de la machine médiatique et d'un bouche-à-oreille négatif incontrôlable.
Chargement