Notre veille

Article

Etude d"Universal McCann: Les internautes, nouveaux influents

Article Conseil

Comment l’internet nous a tous transformé en influents ? Avant l’arrivée des médias sociaux et du web 2.0 avec toutes ses possibilités de partager des informations et des opinions, les gens s’adressaient aux experts ou à des proches pour obtenir des renseignements sur un service ou un produit. Aujourd’hui, les comportements ont profondément changé. On remarque une tendance intéressante : les internautes font confiance à d’autres internautes inconnus pour obtenir des conseils. Ceci est l'un des résultats d’une étude menée par Universal McCann auprès de 17.000 internautes dans 29 pays et baptisée "When did we start trusting strangers?" Depuis quand faisons-nous confiance à des inconnus ? »). Elle montre que les consommateurs ne sont plus passifs mais, au contraire, passés à un comportement très actif voire même créateur. Ils sont devenus de véritables « consomm’acteurs ». When did we start trusting strangers - Universal Mac CannView SlideShare presentation or Upload your own. (tags: internet marketing) L’étude décrit un « nouveau paysage d’influence » qui se caractérise par 3 tendances importantes : l’évolution des médias sociaux, l’importance des amis numériques et la prolifération des canaux d’influents. Elle nomme aussi les impacts de ce phénomène : une économie d’influence, la démocratisation de l’influence et les nouveaux « super influents ». Quelques chiffres pour illustrer les résultats : - 44% des personnes interrogées tiennent un blog (28% en 2006) - 57,5% ont créé leur page sur un réseau social (27% en 2006) - 42% téléchargent des clips vidéo (10% en 2006) - 34% des utilisateurs partagent leurs opinions sur la musique - 55% partagent des photos sur internet Les internautes ne font pas tout à fait confiance aux marques. Même s’ils visitent les sites officiels de ces dernières (69%), ils préfèrent chercher des informations sur un produit via un moteur de recherche (82%) ou lire les commentaires sur des profils personnels, sur Facebook par exemple (55%). Pour échanger son opinion sur un produit avec d’autres internautes, MSN Messenger est l’outil favori (44.5%), suivi de l'e-mail (42.4%), des blogs (30.4%) et des réseaux sociaux (27.6%). Les conclusions L’arrivée des médias sociaux permet à des millions de personnes de créer du contenu et de publier leur opinion en ligne. Les interactions sociales se sont virtualisées, la communication prend désormais place par écrit sur le web. Grâce aux réseaux sociaux, nous faisons la « connaissance » de gens que nous n'aurions peut-être jamais connus dans la vie « réelle » et nous sommes capables de maintenir le contact avec d'anciennes connaissances, ce qui n’était pas aussi facile avant l’ère du web, où seul le téléphone permettait de passer outre les distances. Les médias numériques facilitent les interactions et le partage d’influence (en envoyant des liens ou des vidéos, par exemple). Grâce à ces nouveaux outils, exercer une grande influence ne requiert plus de grands efforts. Le résultat de cette étude certainement le plus intéressant : Nous accordons la même confiance aux recommandations d'inconnus qu'à celles d'amis. Et nous faisons davantage confiance aux informations issues des médias sociaux qu'à celles émanant des marques. Les répercussions sur l’économie Selon McCann, nous nous trouvons aujourd’hui dans une « économie d’influence ». Les marques sont contraintes de réagir à de nombreuses opinions publiées sur le web, de devenir plus transparentes et de s’ouvrir aux médias sociaux. Musique, films et technologie sont les domaines de prédilection des internautes, mais on retrouve le phénomène dans d'autres domaines aussi variés que la finance, l'immobilier ou l'assurance. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce sont les pays asiatiques et les marchés émergents qui agissent à la pointe de cette évolution. L’influence se démocratise : beaucoup d'individus peuvent être influents voire même « super influents ». Ces derniers sont très actifs dans les médias sociaux, ils créent et partagent des contenus riches. Quelles sont les implications pour les marques? Selon McCann, les marques devront agir selon quatre principes : - Être transparent et honnête avec les consommateurs sans entrer dans l'hyper-transparence - Participer à la conversation voire générer des discussions: créer des blogs, être présent sur les réseaux sociaux, etc. - Considérer chaque personne comme un influent potentiel et encourager leurs cibles à partager leurs opinions - S’adresser aux nouveaux créateurs: blogueurs, créateurs de vidéo, podcasteurs, etc. Selon McCann, ce sont ces derniers qui représentent une des forces les plus importantes dans les années à venir. Les marques devront travailler avec eux et surtout ne pas les sous-estimer. En résumé, une belle étude très intéressante et riche en informations. Une lecture obligatoire pour toutes les marques ainsi que pour les agences web.
Chargement