Notre veille

Article

Facebook fait le grand ménage

Article Conseil

83 millions de comptes Facebook sont faux selon un chiffre avancé dans son premier rapport financier public, soit 8,7% des profils(*). Cela fait quand même tache alors même que l’on est chahuté en bourse et que l’on cherche par tous les moyens de crédibiliser son modèle économique. Le géant des réseaux sociaux (10,2 milliards de dollars de trésorerie au compteur tout de même) est en effet toujours à la recherche du Saint Graal, à savoir trouver un moyen de monétiser sa fabuleuse audience. Une piste prometteuse est en plein boom, j’ai nommé la publicité ciblée(**) – sur le site et sur son application mobile – ce sont les fameuses « Facebook Ads ». Et qui dit publicité ciblée, dit ROI, dit annonceur heureux. Mais quid des faux comptes qui viennent faire de l’ombre au tableau et éveiller les soupçons des annonceurs déjà frileux en temps de crise ? Il faut séparer le bon grain de l’ivraie : Facebook jure sur ses grands dieux qu’il ne veut, à terme, que des comptes individuels et authentiques. Zou, ouste, du balai, les comptes spammeurs qui viennent ternir la confiance des annonceurs ! Après tout, ce n’est rien de moins que l'avenir du mastodonte social qui se trouve en jeu. Dans la lignée de son opération mains propres, les ingénieurs maison s’attaquent désormais aux « j’aime » suspects, générés notamment par des robots. Plus performants, les serveurs de l’entreprise seraient aujourd’hui à même de détecter les mentions « j’aime » obtenues indûment et à réduire à peau de chagrin les abus avec pour objectif visé 1% de « j’aime » suspects. Crédibilité et transparence, un credo pour gagner la confiance des annonceurs, pour faire de l’argent – beaucoup d’argent – et calmer les humeurs chafouines des boursicoteurs.   (*) 8,7% des profils sont faux dont : 4,8% sont des comptes dupliqués ; 2,4% sont des comptes mal classifiés, par exemple le compte de votre animal de compagnie ;-) ; 1,5% sont des comptes indésirables, des « spammeurs ». (**) Au premier semestre 2012, les recettes publicitaires de Facebook s’élèvent à 992 millions de dollars et représentent 84% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Elles sont en progression de 28% d’une année sur l’autre.  
Chargement