Notre veille

Article

Facebook pourra t-il détrôner Google ?

Article Projets

Des chiffres récents révèlent que le n°1 des réseaux sociaux dans le monde va peut-être dépasser le géant des moteurs de recherches. Perry Drake via un service comparateur de site web nous a livré des résultats très intéressants concernant deux des URL les plus connues au monde… C’est simple, aujourd’hui sur la toile au Royaume Uni, 1 page vue sur 7 est une page Facebook et on atteint même 1 page sur 4 aux Etats-Unis pour le réseau social. Imaginez-vous : cela signifie qu’un seul site (alors qu’il en existe des millions) génère à lui seul 25% du trafic total sur la toile américaine. Par comparaison, Google ne représente lui que 8% des pages vues. Cependant ne nous emballons pas : si on regarde les chiffres du nombre de visites et ceux du nombre de visiteurs uniques par mois Google conserve encore une petite longueur d’avance. Mais il est petit à petit rattrapé par Facebook. Pour Perry Drake, Google a du souci à se faire surtout depuis que Facebook est passé en positif grâce aux millions de dollars qui tombent tous les jours depuis que la publicité s’est glissé discrètement entre les actualités, les photos et les vidéos que nous partageons avec nos amis. Comment expliquer ces chiffres ? Google est un moteur de recherche qui détient plus de 70% de parts de marché aux Etats Unis et plus de 90% au Royaume Uni, mais il reste un outil permettant de trouver autre chose. Facebook est un réseau social qui s’étend à 300 millions d’utilisateurs qui y passent en moyenne 25 minutes par jour (sources chiffres Facebook). Et ce temps est une moyenne ! Pas étonnant que le petit David prenne du galon face à Goliath. Deux évolutions majeures permettraient d’expliquer ce phénomène : 1. Le profil Facebook est devenu un « Moi virtuel » de l’internaute : Véritable moyen de communication, de conversation, de socialisation, de distraction, de viralisation, véritable lieu de partage d’émotion, d’information, d’opinions… Le développement de Facebook sur mobile le met à portée de main de chacun tout le temps, partout. Un internaute peut communiquer via Facebook à toute heure, à tout moment, en toutes circonstances ou presque. 2. La page Facebook est devenu un « Moi virtuel » des marques : le développement des fonctionnalités des pages / des applications, la possibilité de personnaliser les pages en font des « mini-sites » qui sont un concentré d’informations parfaitement adaptés au consommateur zappeur. La navigation est ainsi aussi agréable qu’un site Web et le fan est tenu au courant des dernières infos de la page via des flux d’informations qui se publient automatiquement sur sa page d’accueil. Ainsi tout le monde y trouverait son intérêt. Les marques qui peuvent avoir accès à une cible hyper définie pour promouvoir leur image, toucher une communauté intéressée par leur marque qui peut se révéler prescripteur auprès d'autres utilisateurs de Facebook. Les utilisateurs qui peuvent créer leur identité numérique via Facebook, qui peuvent toucher / communiquer avec leur communauté d’amis, qui peuvent se renseigner sur l’actualité de leur marque préféré… Mais de là à mettre Google au placard, il y a un gouffre, ce dernier est encore solidement ancré dans les habitudes des internautes, et il y a fort à parier qu’avec un chiffre d’affaire de 21,8 milliards de dollar en 2008, le monstre américain ne se laissera pas faire.
Chargement