Notre veille

Article

Google encore négligé par de nombreuses marques !

Article

Il est en surprenant de constater qu’en 2008, malgré l’enjeu que représente Internet pour les marques, nombre d’entre elles sont encore très maladroites dans leurs actions (ou inaction) vis-à-vis des moteurs de recherche en particulier dans le domaine du référencement naturel (autrement appelé référencement organique ou S.E.O pour Search Engine Optimisation).

Le premier cas, le plus fréquent, sont les entreprises qui n’ont jamais pris la peine de s’intéresser au potentiel des moteurs de recherche. Cours Legendre (créé en 1957 et pionnier français du soutien scolaire) s’est vu perdre des parts de marché au profit d’Acadomia qui en quelques années est devenu N°1. Le risque de cette négligence peut tout simplement amener les marques à ne plus exister dans les moteurs… ce qui signifie que le seul moyen pour un internaute de trouver son site Internet, est d’en connaitre l’URL. Un cas très souvent rencontré : un même site dont le contenu est hébergé sous plusieurs noms de domaine : .eu, .com, .fr, .net… est un site dupliqué aux yeux de Google. La plupart du temps, les marques n’en ont pas conscience et ne réagissent que lorsqu’elles sont blacklistées (désindexées des moteurs pour non respect des guidelines).

Le second cas, le pire, sont les sociétés qui ont mené des actions de référencement naturel il y a quelques mois ou années, mais qui pour des raisons diverses ont arrêté. Il est alors très fréquent de trouver du texte caché, pages satellites ou autres techniques dont certaines sont évoquées dans un article du JDN, (il est à noter que le texte caché bien qu’interdit était encore « accepté » par les moteurs de recherche il y a quelques années, cette technique était donc utilisée par de nombreux prestataires). Donc sans le savoir, ces sociétés risquent de voir leur site Internet se faire blacklister par les moteurs du jour au lendemain.

Enfin il y a les marques qui se disent qu’il faut tester le référencement naturel, elles font donc le choix de la solution « pas chère » et « qui fait tout ». Le danger vient du sérieux du prestataire choisi qui, la plupart du temps, néglige la mise aux normes du site, mais aussi, peut mettre en place des techniques parfois douteuses, le client n’étant pas toujours suffisamment aguerri pour s’en rendre compte. Fort heureusement aujourd’hui ces derniers ne représentent qu’une faible partie des professionnels qui accompagnent les marques.

Chargement