Notre veille

Article

Jean délavé, attention problème de santé !

Article Conseil

La mode est incontournable, elle change sans cesse… Marinière, effet léopard, sarouel, tendance militaire, sont autant de possibilités pour un look fashion. Mais le classique indémodable reste bel et bien le jean. On a tous un jean fétiche rangé dans son armoire comme une relique sous un écrin qu’on ne pourrait pas toucher. Je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée de jeter mon premier jean Levi’s 501, même si il y a des années que je n’arrive pas à rentrer dedans… (mais ça reste entre vous et moi cher lecteur). Pour sa large variété de couleurs, ses différentes coupes, et parce qu’on peut l’assortir avec tout, notre jean, on l’aime, on le vénère. Style glamour par exemple avec une coupe droite et une petite veste cintrée, ou style décontracté avec un jean boyfriend et un top, Slim, pat d’éph, taille baisse, boot cut, le jean reste une valeur sûre. Celui qu’on adore mettre par-dessus tout, parce qu’il est plus original que le jean uni brut, c’est le jean délavé. D’ailleurs, généralement, plus il est délavé, plus il va nous plaire. Le problème est que pour délaver un jean, il faut le sabler. Or, dans certains pays (Bangladesh Turquie….) le sablage se fait manuellement (projection de sable de haute pression) et les ouvriers se retrouvent à inhaler de la poussière de silice. Cela pouvant entrainer de gros problèmes de santé voir des risques de maladies mortelles. La Clean Clothes Campaign (CCC) et la Déclaration de Berne (DB) se sont alliés pour lutter contre ces vêtements qui portent volontairement atteinte à l’individu. Leurs objectifs : faire en sorte que les marques deviennent responsables. Depuis les années 2000, tous deux manifestent ensemble pour aboutir à une prise de conscience collective. Les fabricants et les consommateurs doivent réaliser l’ampleur des dégâts que causent le sablage et les risques encourus au quotidien par les ouvriers. Avec l’aide de la Déclaration de Berne, ils ont forcés les marques à écouter ce qu’ils avaient à dire. Certaines marques comme Levi’s ou Gucci ont déjà plié et accepté de stopper la technique du sablage, mais d’autres restent indifférentes. Les pétitions, revendications et intimidations ont eu finalement raison de Versace. La marque qui niait au début utiliser le sablage a finalement indiqué, prise sous la pression qu’elle n’appliquerait plus cette méthode. Versace s’est même personnellement engagé dans la lutte que mène Clean Clothes Campaign. Si plusieurs marques ont déjà cessé le sablage, d’autres comme Dolce Gabbana ne se prononcent pas. Comme chaque combat, chaque petit pas est une avancée. Souhaitons donc que la Clean Clothes Campaign soit suffisamment puissante pour aboutir à ses fins.
Chargement