Notre veille

Article

La puissance de l"Open Graph et du bouton Like

Article E-réputation

La semaine dernière Facebook a annoncé le déroulement d’un protocole nommé Open Graph qui a pour but d’adapter le contenu de sites web à chacun de ses utilisateurs en fonction de leurs préférences déclarées sur leur compte Facebook. Open Graph étend aussi la fonctionnalité « Like » (ou « j’aime » pour les francophones) au-delà de son site. Cette expansion vise tous les sites voulant faciliter le partage de contenu entre les presque 430 millions de membres du réseau social. Un site peut désormais mettre en place un plugin social qui ira puiser dans la base de données Facebook et par exemple proposera à un internaute de consulter l’article le plus lu et « aimé » par ses amis. Dans un effort pour faciliter la mise en place de l’Open Graph, Facebook a fait un vrai travail de simplification de ses plugins qui peuvent être intégrés à un site en quelques minutes. La facilité de mise en place de ces plugins sociaux fait déjà des émules dans le domaine du « social bookmarking ». Alors que Digg, Reddit, StumbleUpon ou Delicious permettent de partager, répertorier des liens populaires et indiquer les tendances du web, Facebook offre la possibilité d’agréger tout ce contenu sur des petites iFrames dédiés. Matt Schlicht, un simple chef de produit chez Ustream, a concocté en une après-midi la page ItsTrending, et Zach Allia le développeur de l’application Free Gifts a mis en place en quelques heures LikeButton.me. Ces deux sites regroupent toutes les dernières informations partagées sur Facebook, que ce soit par tous les membres du réseau social ou par les amis de la personne qui visitent le site.
L’objectif est de faire de ces pages les pages d’accueil par défaut de vos navigateurs, et donc d'attirer du trafic destiné à Facebook en proposant un contenu encore plus détaillé sur l’activité et le partage de son propre réseau. Ces services peuvent être pratiques d’un point de vue veille des médias sociaux quand il s’agit d’évaluer l’impact d’un buzz (bon ou mauvais). Malheureusement les sites et les internautes américains sont surreprésentés sur Facebook et les sujets tendances sont donc dominés par leurs actualités nationales. Ces nouveaux sites sont malgré tout à la merci de Facebook. Historiquement l'entreprise n'apprécie pas le détournement de son contenu vers d'autre sites. Ce fut le cas de FriendFeed qui agrégeait des données Facebook et qui s’était fait racheter ou aussi avec la mise en demeure de Fanpageanalytics.com pour usage « non autorisé » des données publiques de Facebook.
Chargement