Notre veille

Article

Lady Gaga : Oh La La !

Article E-réputation

Inutile de vous présenter la chanteuse pop Américaine de 24 ans, vous l’avez forcément croisé sur Internet, que ce soit sur Twitter (3,4 millions de followers et « trending topic » deux ou trois fois par mois) sur Facebook (7 millions de fans), Youtube (1 milliard de vues) ou l’un des nombreux blogs ou forum de fans. En moins de deux ans la star a su fédérer, animer et s’appuyer sur une communauté de fans et de curieux en se créant une remarquable image de marque. Quels sont les mécanismes activés par la star (et ses conseillers en communication et marketing) qui lui permettent de dominer avec autant d’aise les médias sociaux et de promouvoir sa marque ? Recette de la marque la plus populaire du moment sur le web - Une présence multiplateforme C’est en exploitant toutes les plateformes utilisées par ses fans, en fonction de leur segmentation respective, que la star a connu un essor pareil. Sa présence sur Twitter lui permet de tenir ses fans au courant de son actualité, en tweetant depuis le backstage d’un concert à Sydney, ou en remerciant les fans pour leurs vœux d’anniversaire par exemple. La fan page Facebook de Lady Gaga permet de rediffuser certains de ses tweets mais surtout d’inviter les fans à partager leur User Generated Content (UGC) comme les 4 360 photos postées par des adeptes. Son MySpace contient toutes ses dernières chansons et regroupe plus d’un million d’amis. Enfin, la chaîne Youtube est à la source des vidéos les plus vues de l’histoire d’Internet avec plus d'un milliard de vues ! Il s'agit de la première artiste à avoir réalisé un tel exploit.De plus, les amateurs peuvent télécharger une application iPhone « Haus of Gaga » qui recentre tous les flux d’activité de la chanteuse. - Communication intégrée et harmonisée Toute l’activité sur les médias sociaux de l’artiste est harmonisée sur un même site Internet, ladygaga.com. L’information est souvent répétée et martelée d’une plateforme à l’autre, mais tout le contenu est actualisé régulièrement et simultanément. Le thème est aussi respecté à chaque fois, en ce moment toutes les plateformes (à l’exception de Twitter) sont aux couleurs du clip Telephone. Grâce à une communication harmonisée, chaque visiteur vit la même expérience auprès de la marque en naviguant d’un média social à un autre. - Priorité au web avant tout autre média L’époque où MTV avait l’exclusivité sur la diffusion d’un nouveau clip vidéo est révolue. Lady Gaga a marqué le coup en diffusant « Bad Romance » sur ses sites, avant que les chaînes télé musicales puissent s’en emparer. Le dernier clip « Telephone » a été jugé trop olé olé et donc censuré par Viacom qui craint les lobbys de familles conservatrices aux USA. Forcément suite à cette annonce les millions d’internautes se sont rués sur la vidéo déjà disponible sur la chaîne Youtube de la principale intéressée. Les journalistes trouvent de plus en plus de matériel intéressant sur la chanteuse et viennent s’alimenter directement sur son flux Twitter pour pimenter leurs articles. La presse people a ainsi pu parler des émotions de la chanteuse simplement en relayant ce qu’elle racontait sur Twitter... En dialoguant et en s’ouvrant à ses fans sur les médias sociaux, la star/marque paraît plus authentique et accessible. Cet ingrédient contribue fortement à la dynamique de communauté qui semble exclure les journalistes et grosses corporations. - Une segmentation habile Telle une marque plus traditionnelle, Lady Gaga a compris dès le départ qu’elle pouvait segmenter ses audiences et tirer bénéfice des différentes contributions de fans à sa communauté. La star est à la fois une icône pour la communauté gay américaine, elle possède beaucoup de crédibilité dans la communauté afro-américaine (elle a composé des chansons pour Akon, et Boys from the Block) et fait de longues tournées internationales en n’hésitant pas à se rallier à des causes telles que Haïti. La segmentation est aussi facilitée de par sa présence sur les différents médias sociaux qui retiennent des cibles différentes. - Créer beaucoup de contenu de qualité ou qui fera buzzer Toutes les semaines un « scandale » éclate autour du comportement décalé de la chanteuse, de ses propos ou des ses coutumes vestimentaires. Les bloggeurs et journalistes s’en donnent à cœur joie et ne cessent de relayer ses frasques. Comme l’indique la courbe VanksenWatch de l’Internet français, le buzz autour de Lady Gaga ne s’atténue jamais. Au-delà de contenu visant à faire parler de la célébrité, Lady Gaga fournit des clips très travaillés et scénarisés. Par exemple Telephone commence là où le clip Paparazzi se termine, en prison. La musique en elle-même a séduit plusieurs millions de consommateurs à travers le monde et ses chansons sont dans le Top 10 de nombreux pays. Objectif : vendre du merchandising! Aujourd’hui ce ne sont plus les ventes d’albums qui génèrent le gagne-pain des artistes. La chanteuse pop s’appuie sur une gamme très complète de merchandising, et s’implique dans leur promotion (product placement dans les clips, participation aux événements de lancement, mise en valeur sur Twitter etc). Les produits portant sa marque sont tous disponibles dans la boutique Lady Gaga, gérée par Universal. Au final toutes les plateformes de médias sociaux contiennent toujours de multiples liens encourageant les fans à acheter un produit brandé du nom de leur icône. La boutique en ligne est aussi l’endroit de prédilection pour acheter les billets de concert, et en faisant la promotion de ses concerts, les fans seront indirectement exposés au merchandising complet de la chanteuse. Ce modèle est très réussi et il existe peu d’équivalents dans l’industrie de la musique. Pour conclure, une marque déjà installée et ayant une image plus sérieuse peut tout de même appliquer cette recette et recruter une communauté de consommateurs enthousiastes.
Chargement