Notre veille

Article

L'artiste M.I.A. montrée du doigt

Article Conseil

La dernière vidéo de l'artiste M.I.A. fait parler d'elle : émissions, réactions sur le net, accès limité sur Youtube...Le clip Born free annonce la sortie du troisième album de l'artiste, et a suscité la polémique en très peu de temps. Disponible sur Vimeo, Dailymotion ainsi que sur le site de M.I.A., ce n'est pas une censure de Youtube qui empêchera aux gens de visionner le clip qui est en fait un mini- film de 9 minutes: L'artiste britannique d'origine Sri Lankaise a fait appel au réalisateur Romain Gavras, qui, dans le même genre, avait déjà réalisé la vidéo Stress du groupe français Justice: Avant de s'attarder sur la controverse qu'a déclenché ce clip, un petit rappel sur M.I.A. Maya Arulpragasam, aka M.I.A, est d'origine Sri Lankaise. Née en Angleterre, ses parents quittent le pays peu aprés sa naissance pour repartir vivre au Sri Lanka. Aprés un passage en Inde suite à la guerre civile, Maya se retrouve à Londres à l'âge de onze ans où peu à peu elle découvre l'univers du rap auquel elle apportera sa touche personnelle. Son surnom vient entre autres de Missing in Acton, Acton étant le quartier où elle a grandi à Londres. Ces dernières années, l'artiste s'est fait connaître notamment avec le titre Paper Planes, issu de son deuxième album Kala, "une déclaration artistique", selon les termes employés par la chanteuse. Un titre dont la version remixée a été utilisée pour la bande originale de l'oscarisé "Slumdog Millionaire" et qui a été samplé par de nombreux rappers aux Etats- Unis: A l'image de la ville dans laquelle elle a grandi, M.I.A. est une artiste cosmopolite, sonore, visuelle, un peu hors des conventions. Un style auquel elle est restée fidèle avec son nouveau clip et qu'elle a mené à un autre niveau, plus sombre. "I throw this in your face when I see you- I got something to say" (extrait des paroles de Born free), le message est plus que clair! La vidéo l'est peut être un peu moins. La première chose qui frappe, la violence bien sûr, et surtout l'univers: des armes, des uniformes, des corps, des coups, des explosions, une musique de fond angoissante, beaucoup de mouvement,...un peu comme si on était témoin d'une scène de violence géante, qu'on suivait tout de A à Z, sans aucun moment pour souffler... le tout met plutôt mal à l'aise. C'est certainement ça aussi qui dérange, et c'est certainement aussi l'intention souhaitée. De plus, M.I.A et Romain Gavras ont choisi de traiter leur sujet de manière bien particulière: les personnes prises pour cibles dans la vidéo sont rousses, une façon de pointer du doigt racisme et discrimination. Le moment est bien choisi. En effet, ces derniers temps, les roux sont d'actualité, notamment avec l'émergence d'une multitude de groupes Facebook aux intitulés plutôt explicites, bien que sur fond de moquerie en général: "Congelez vos enfants roux, on trouvera une solution un jour'',
Chargement