Notre veille

Article

L'association POWA rompt la loi du silence

Article Conseil

Nous vous avions parlé il y a peu de temps de la campagne virale contre les violences faites aux femmes de l'association "Ni putes ni soumises". Cette fois-ci il s'agit de l'association POWA (People Opposing Women Abuse), basée en Afrique du Sud, qui lutte contre les violences faites aux femmes, leur objectif étant dans un premier temps de rompre le silence (un thème qui est d'ailleurs au centre d'un projet d'écriture mené par l'association depuis 2005). Afin de sensibiliser le public, grâce à des caméras cachées, ils ont mené l'expérience suivante dans un quartier de Johannesburg, deux soirs différents. Le premier soir on voit un homme chez lui en train de jouer de la batterie avec le son à fond. Bien sûr les voisins viennent se plaindre, ils entendent le moindre coup. Puis le deuxième soir ce même homme passe un enregistrement d'une scène de violence conjugale d'une intensité sonore égale à celle du soir où il jouait de la batterie. Et là...rien, aucune plainte. "Chaque année, plus de 1400 femmes meurent sous les coups de leurs conjoints. Ne pensez-vous pas qu'il s'agit là d'une bonne raison de se plaindre?" Ainsi se termine la vidéo. L'expérience, qu'elle soit réelle ou truquée pour les besoins de la vidéo, est en tout cas parlante. Ce genre de spot illustre bien cette fameuse loi du silence qui peut s'instaurer dans de telles situations.
Chargement