Notre veille

Article

Le Buzz de la RTBF (Belgique)

Article

Mercredi 13 décembre 2006 peu après 20 heures, la chaîne de télévision publique belge RTBF interrompt ses programmes avec un flash spécial annonçant que le Parlement flamand vient de voter la sécession du royaume de Belgique. Le roi et la reine se seraient réfugiés en Afrique. C'est alors la fin du royaume belge et l'instauration de frontières entre la Wallonie et la Flandre. L'authenticité du reportage et les conséquences liées à une éventuelle sécession de la Flandre ont su mystifier l'audience et en faire un vrai phénomène de société.
RTBF Belgique Sécession
Uploaded by Raed La majorité des téléspectateurs belges n’a en effet pas perçu la dimension fiction de la chose et s'est totalement fait piéger. Résultat, la chaîne de télévision a vu son standard téléphonique exploser et le site de la RTBF n'a pas tenu le choc. Après la révélation de la fiction, la chaîne a enchaîné avec un débat interactif et a appelé les téléspectateurs à dire par SMS ou email s’ils avaient cru au canular. Le standard de la RTBF a reçu 21000 SMS et 4000 appels au cours du débat. 89 % des téléspectateurs interrogés y ont cru au début. Au bout de 30 minutes de canular, la ministre de l’Audiovisuel de la Communauté francophone a imposé à la chaîne d’ajouter la mention "ceci est une fiction". Cependant, 6 % des téléspectateurs ont cru au canular jusqu’au bout. Cet énorme buzz orchestré par la RTBF a déclenché de vives réactions de la part des médias, des politiques et du peuple belge. Sur le blog moibelgique.be , la RTBF invite les internautes à s'exprimer. Le post a généré plus de 1000 commentaires. Cette action a aussi entraîné une hausse considérable de l'audience des sites Web francophones belges. Le lendemain du reportage, le site de la RTBF triplait son nombre de visiteurs uniques à plus de 90.000. Les sites des quotidiens francophones Lesoir.be ou Lalibre.be ont enregistré une hausse de 50 % du nombre de leurs pages vues. Enfin, l'opérateur téléphonique Proximus a enregistré une hausse de 20 % du nombre de SMS envoyés le mercredi soir et de 50 % des appels téléphoniques. Si on peut s'interroger sur le mélange des genres "fiction / information", l'impact du bouche-à-oreille lui n'est pas à démontrer.
Chargement