Notre veille

Article

Le phénomène Susan Boyle : pourquoi un tel succès viral ?

Article Conseil

Si vous n’avez pas entendu parler de Susan Boyle vous avez raté la vidéo virale qui a battu le record de toutes les vidéos virales depuis tous les temps : la scène où Susan Boyle chante « I dreamed a dream » a été vue plus que 120 millions de fois en 2 semaines. Le code embed de la vidéo n’est plus disponible, cliquez sur l’image pour la visionner sur YouTube: Le succès est tel que l’on parle déjà du « phénomène Susan Boyle ». Par ailleurs, un grand nombre de personnes se pose la question d'un succès d'une telle ampleur alors qu'elle n'a profité d'aucune promotion. Qui plus est, la diffusion de cette vidéo n'a aucunement profité financièrement à la chaîne de télévision concernée. En effet, cette vidéo joue sur le contre-intuitif: les spectateurs sont habitués à croire en l'apparence et ne s'attendent pas une performance brillante de la part d'une candidate ne correspondant pas à l'idéal de beauté et de jeunesse, deux critères fondamentaux dans les médias. En plus de cela, à la base, la vidéo a été poussée par un média classique (la scène est extraite de l’émission TV britannique nommée « Britain’s Got Talent »), et elle a l’avantage d’être en anglais et peut donc être visionnée dans le monde entier et être comprise aisément. Ajoutons que la musique est une langue comprise partout et que la chanson est connue et passionnante. On peut aussi se demander si la « découverte » de la chanteuse est due au hasard ou a été mise en scène, comme il est usuel dans ce genre d’émission. Il semble évident qu’elle sait chanter, mais le langage du corps et des membres du jury n’est pas naturel – la surprise a-t-elle été mise en scène ? Ainsi, les spectateurs se demandent si la vidéo est un fake ou pas et la visionneront plusieurs fois pour trouver la réponse. La question "fake ou pas fake" a fait le succès de nombreuses vidéos virales : Samsung, Nike Hyperdunk, Converse... Mini a d'ailleurs récemment parodié ce phénomène. Finalement, le facteur clé qui s’ajoute à tous les éléments déjà nommés, c’est probablement le fait que Susan Boyle soit une femme « normale », comme nous, qui a vécu des moments tristes dans sa vie, comme tout le monde. Son exemple donne espoir, notamment en temps de crise où la plupart des gens sont inquiets et désorientés. Elle personnifie un rêve, un peu comme Barack Obama qui a su se positionner sur une ligne similaire, the American dream, pendant les élections. C’est donc une combinaison de plusieurs facteurs impactants qui a contribué au succès viral de cette vidéo. Un cas d'école à suivre pour tous les annonceurs ! Pour écouter la vidéo entière avec Grégory Pouy sur Europe 1, cliquez sur l'image ci-dessous.
Chargement