Notre veille

Article

Le site non-officiel de Snickers est fermé

Article Conseil

Au début de la semaine nous vous avions présenté le nouveau site de Skittles, un site innovant basé à 100% sur des contenus sociaux. C’était un pari risqué (après tout, Skittles n’avait que très peu de contrôle sur le contenu de son propre site) et la marque a déjà commencé à en sentir les conséquences. Des commentaires négatifs (allant jusqu’à "F!*K Skittles") avaient été posté sur Twitter et la marque a du renoncer au concept d’afficher chaque twitt comportant le mot Skittles sur son site. Des twitts sont toujours disponibles sur le site, mais apparemment ils font maintenant l'objet d’une modération. Il semble que Mars, qui détient la marque Skittles, ait paniqué. Mars vient d’ailleurs de forcer l’agence Poke de fermer le site non officiel de Snickers, snckrz.com. Sur ce site les internautes étaient invités à créer leur propre logo pour la barre chocolatée. Selon l’agence le site comptait plus de 80 000 visiteurs. Le site semblait être une extension de la campagne officielle de Snickers, « Snickers Speak». Dans le cadre de cette campagne les internautes pouvaient apprendre à parler « Snacklish », une langue Snickers dont les expressions sont censées intégrer la marque dans la vie de tous les jours. Les deux concepts sont proches et il n’y a pas de répercussions négatives sur l’image de Snickers visibles en ce moment. D’abord on peut se demander pourquoi une agence crée un site pour une entreprise qui n’est pas son client, mais une autre question s’impose également : pourquoi refuser une pub gratuite ? Ne voulaient-t-ils pas être associés à l’agence Poke ? Quoi qu’il en soit, l’UGC est de plus en répandu sur le web, et souvent des campagnes marketing en font directement l'objet. La pub avec le gorille de Cadbury a été parodié plus de 1000 fois (!) sur YouTube (par exemple ici et ici), et Cadbury est bien content de cette publicité gratuite. Désormais on ne pourra plus éviter l’UGC, alors pourquoi ne pas l’utiliser à ses fins ? Il semblerait que cette démarche de Snickers ne soit pas des plus sages...
Chargement