Notre veille

Article

Les domainers : du business à la dérive

Article

Le nombre de noms de domaine a augmenté de 33% en 2005, une tendance confirmée par le dépassement du cap des 100 millions de noms de domaine enregistrés depuis mi-juin 2006. Cette hausse reflète l’industrie à part entière des noms de domaine et attire la convoitise des investisseurs.

Sont ainsi apparus les « domainers », ou spéculateurs sur les noms de domaine. Leur méthode : acheter des noms de domaine, y placer des pages de parking contenant des liens sponsorisés, qui eux même rémunèrent le gestionnaire de la page par le pay-per-click.
L’avantage : de faibles coûts d’enregistrement pour des profits parfois
très juteux.

Face cachée des « domainers », la horde des cybersquatteurs. Ces derniers enregistrent des noms de domaine proches de marques pour générer du trafic sur leur site, voire extirper les informations personnelles des visiteurs.

Cette dérive s’accompagne de la pratique du « domain tasting » ou « domain kiting », qui consiste à réserver temporairement (pendant une période de grâce de 5 jours) des noms de domaine pour évaluer le trafic lié à ces noms, et ne payer finalement que ceux qui sont susceptibles de produire des revenus. Le problème du « domain kiting » a par ailleurs été abordé à la conférence de l’ICANN qui a lieu en ce moment à Marrakech.

Chargement