Notre veille

Article

Les JO de Londres approchent...

Article Legal

Le 27 juillet 2012 débuteront les Jeux Olympiques de Londres. Cet événement au retentissement mondial, véhicule des valeurs fondamentales et fédératrices que sont la solidarité, le fair-play et l’esprit d’amitié. Dans ce contexte il peut être tentant pour certaines entreprises d’y être associé par le public par l’utilisation notamment des anneaux Olympiques. Cependant la Convention de Paris du 20 mars 1883 protège l’utilisation des signes distinctifs des Jeux Olympiques et accorde au Comité International Olympique seul le droit de donner autorisation d’utilisation à des tiers. Cette protection concerne non seulement l’image des Jeux Olympiques en tant qu’événement, ainsi que l’ensemble de ses symboles mais également l’ensemble des sportifs participant à la compétition. De ce fait, seuls les sponsors officiels de cet événement ont le droit d’associer leurs images à celle des JO et d’utiliser les marques du mouvement olympique. Ce droit exclusif d’utilisation leur est accordé en contrepartie d’importants investissements de soutien de l’organisation des jeux. Dans ce cadre, même le sponsor ‘’habituel’’ d’un athlète ou d’une équipe, devra obtenir L’autorisation de la Commission exécutive du Comité International pour poursuivre leur utilisation pendant les jeux. Le lien Olympic.be donne une liste non exhaustive des marques olympiques et des sponsors olympiques. Aussi toute utilisation des signes distinctifs des JO voire de leurs sponsors officiels par un tiers non autorisé est une atteinte à ces droits et investissements. Cette pratique est dénommée « l’ambush marketing », et elle consiste pour un annonceur à tirer partie d’un événement particulier, sans engager d’investissement de parrainage. On cherche à profiter de la renommée d’un événement pour essayer d’attirer l’attention d’un maximum de personnes. Il existe plusieurs formes d’ambush marketing, allant de la volonté de tirer profit du parrainage d’un concurrent pour créer une confusion dans l’esprit des consommateurs (Predatory Ambushing) à l’affichage non intentionnelle d’une marque qui n’est pas sponsor, par exemple en filmant les vêtements d’un athlète (Unintentionnal Ambushing). Afin de limiter au maximum cette pratique le CIO et les Comités Nationaux ont prévenus qu’ils feront preuves de vigilance et de sévérité, à l’égard de tous ces types de comportement, s’agissant des JO de Londres. Exemple de cette action, un email envoyé par le Comité Olympique Belge indiquant notamment « que le COIB et le CIO seront particulièrement attentifs pendant la période avant, pendant et juste après les Jeux Olympiques pour déceler toute association directe ou indirecte aux Jeux Olympiques, et prendront les mesures nécessaires pour faire respecter le droit exclusif des sponsors du mouvement olympique ». Par cet email, le Comité Belge tient à signifier que les Comités Olympiques n’hésiteront pas à sanctionner tout abus dans l’exploitation de l’image de cette compétition sportive hors normes. Les sanctions seront différentes selon l’abus réalisé au regard de la protection accordée par chacun des Pays. A titre d’exemple : Le Royaume-Uni a adopté des lois offrant une protection supplémentaire à certaines des marques Olympiques sur son territoire. Cette protection est assurée par la loi de protection juridique du symbole olympique de 1995. Cette dernière garantit la protection juridique du symbole olympique, de la devise olympique et des mots « olympiades », « olympiens » et « olympiques » au Royaume-Uni et confère à l’association Olympique Britannique (BOA) le droit exclusif d’utiliser ces marques et d’autoriser l’utilisation à des fins commerciales au Royaume-Uni. A ce titre le BAO pourra engager toute action judiciaire à l’encontre de tout « contrefacteur », notamment pour obtenir des dommages et intérêts. C’est pourquoi il est important de faire preuve de prudence et de ne pas se précipiter dans la brèche qu’offre l’organisation de tels événements. Il faut rappeler à toutes personnes souhaitant communiquer sur l’événement que cela n’est possible que dans un cadre restrictif. Le BOIC COIB met à disposition un contact (c.devos@olympic.be) afin d’obtenir un accord préalable pour tout projet de communication faisant référence directement ou indirectement aux JO. Il est important que chacun prenne ses précautions et respecte les valeurs olympiques pour que la fête reste belle…
Chargement