Notre veille

Article

Les journaux s"adaptent à la crise du print

Article Conseil

Le web a changé nos habitudes d’achat, de publicité, d’interaction avec les marques, d’interaction avec les autres, et aussi notre façon de nous informer. Selon une étude réalisée par Pew Research, 40% des personnes interrogées déclarent qu’elles consultent l'actualité en ligne (comparé à 24% en septembre 2007). La même étude constate aussi qu’en 2008 la population a pour la première fois eu plus recours à l’internet qu’aux journaux traditionnels pour s’informer. Ces dernières années, la presse a souffert de la concurrence des chaînes d'informations accessibles via le câble 24/24h et des informations en ligne mises à jour constamment. Il n’est donc pas surprenant que la part de lecteurs de journaux traditionnels ait autant diminué, que les plus grands annonceurs investissent sur le web notamment et que des journaux fassent faillite. Même des quotidiens de renommée comme Le Monde doivent faire face à de graves difficultés. La meilleure solution pour la presse est d'étendre son offre au web et de proposer de nouveaux espaces publicitaires sur le net. Depuis 2006, Bivings Group a mené des études annuelles pour analyser les nouveaux services que proposent les sites de la presse américaine. Cette étude examine les 100 journaux les plus lus aux Etats-Unis et compare les résultats aux années précédentes afin de mieux comprendre les tendances de la presse online. Quelques résultats intéressants : * 92% des journaux offrent à leurs lecteurs la possibilité de partager des articles sur des réseaux sociaux comme Facebook ou Digg. En 2006 seulement 7% des journaux offraient cette possibilité. * Tandis qu’en 2007, 29% des journaux obligeaient à leurs lecteurs de s’enregistrer pour pouvoir lire leur contenu. En 2008 seulement 11% imposent cette condition. * Comparé à 2007, en 2008 deux fois plus de journaux permettent aux lecteurs de laisser des commentaires. * Un nombre signifiant de sites web accepte le UGC (User Generated Content) sous forme de photos (58%), vidéos (18%) ou articles (15%). Les deux graphiques ci-dessous montrent le pourcentage de journaux offrants ces différentes options. Le premier montre les pourcentages par an, le deuxième offre une comparaison de la situation sur les 3 dernières années. Quels sont donc les conclusions ? Il est évident que les journaux ont dû faire face à la baisse du nombre de lecteurs et essaient désormais de s’adapter aux nouvelles habitudes et technologies. Malgré une approche hésitante au début, les journaux ont découvert qu’ils peuvent utiliser Internet à leur avantage. Le grand défi est donc de savoir comment exploiter au mieux ces ressources. Ils ont investi dans leurs sites pour attirer plus de lecteurs, en les rendant plus ergonomiques et facilité le partage d’informations. Pourtant Bivings Group est convaincu qu’ils devraient faire plus d’efforts pour assurer la rentabilité de l’industrie des journaux en ligne, maintenant qu’ils ont réussi à attirer les lecteurs. Selon l’étude, les journaux se penchent sur l’amélioration des structures existantes, tandis qu’il pourrait aussi être nécessaire de réinventer pour faire sortir l’industrie de la crise. Jesse Johnson de Bivings Group a publié un résumé intéressant des résultats de cette étude qui est disponible ici (en anglais). Le report complet est disponible ici, pour tous ceux qui s’intéressent aux détails. Bonne lecture !
Chargement