Notre veille

Article

Lettre ouverte aux Bloggers "Influents"

Article Conseil

Chers bloggers, Je tiens à vous écrire cette lettre car vous me fascinez. Oui, vous êtes à mes yeux les nouveaux supers héros des temps modernes. Fini Spiderman, Superman, Batman,… et bonjour Bloggerman!…. Vous bloggez, vous tweettez, vous cherchez, vous lisez, vous commentez… et vous occupez, en plus, une position à responsabilité dans une société ou dans un grand groupe (pour certains en tout cas). C’est surtout à ces derniers que ma lettre s’adresse. Si je prends en compte que vous tweettez une trentaine de fois par jour et que vous suivez un nombre astronomique de camarades totalement “tweettés”, vous devez, mis bout à bout, consacrer une bonne heure par jour à Twitter. A côté de cela, vous écrivez +/- 3 posts de fond chaque jour (comptons 35 minutes par article; on parle ici d’une vraie littérature de minimum 30 lignes) et commentez environ une demi-douzaine de fois dans la blogosphère… Le poste “blog” vous ampute donc votre journée, lecture des posts de vos amis “bloggers” inclus, d’une moyenne de 2 heures et 45 minutes par jour. Si là-dessus je rajoute les cafés (4 x 12 minutes en espérant qu’il n’y a pas de collègues à la machine), la gestion des emails perso (12 x 2 minutes (c’est une moyenne scientifique ;-)), les besoins naturels (4 petits de 5 minutes et un gros d’un bon quart d’heure ;-)), il ne vous reste plus, sur une journée de travail de 8 heures, que 2 heures et 12 minutes à consacrer à votre employeur (et pour nos amis français, c’est encore plus la cata avec vos RTT ;-)). Bien entendu, je n’ai pas intégrer ici FlickR, Facebook et les éventuelles 20 cigarettes vous obligeant à visiter l’entrée de votre entreprise (si tu es bloggers influents, français et fumeur,… Dur! ;-)). Alors, comment faites-vous? Oui, comment faites-vous pour fournir un travail de qualité à votre employeur, à vos collègues et mener de front cette vie de débauche numérique? Décidément, vous me fascinez car si j’étais responsable d’un département HR, je me poserais sérieusement la question si le fait d’être un blogger “influent” (fumeur en plus ;-)) ne devrait pas être un facteur négatif dans ma sélection de candidats pour un poste. Le côté obscur de cette débauche est malheureusement bien sombre. Certains (pas tous heureusement) ne se contentent pas de la journée mais mettent également au service de leurs supports de promotion une bonne partie de leurs soirées et du week-end sacrifiant en même temps la vrai vie sociale (life 2.0, vous connaissez?). Encore une fois, je ne veux pas faire de généralité mais certains bloggers que j’ai rencontrés ne remarquent même pas qu’ils ne vivent qu’au travers de leurs post et de leur tweets. Ils ne sont pas appréciés pour leurs valeurs humaines et sont malheureusement souvent seuls hors du cadre numérique. Quoi qu’il en soit, je pense que la vie vaut le coup d’être vécue pleinement et qu’il est nécessaire de ne pas se laisser “manger” par la blogosphère. Cette lettre ouverte a pour vocation de susciter une réflexion chez l’ensemble des personnes passant énormément (parfois trop) de temps sur Internet. Le pire dans cette histoire, c’est que si vous n’étiez pas là pour écrire, je vous regretterais… ;-)
Chargement