Notre veille

Article

L’internet pas du tout civil des « Lulz »

Article Conseil

Il y a d’un coté ceux qui pensent que l’Internet doit être régulé, comme par exemple en France avec la fameuse loi Hadopi, ou l’intervention remarquée du chef de l’état au e-g8, contrôlé et même civilisé… On ne rentrera pas dans le débat (Ô combien passionnant) mais on voulait vous présenter l’opposé de cette tendance. Vous connaissez évidemment Wikileaks, vous avez entendu parler d’Anonymous, et  « /b » vous dit quelque chose? Voila donc les petits nouveaux, les «Lulz sec». On préfère vous prévenir, les liens, notamment vers /b peuvent choquer certains. Le NYtimes a d’ailleurs décrit 4chan comme «les toilettes d’un lycée» et certaines images peuvent profondément choquer, heurter et vous dégouter. Mais /b est une des pierres angulaires de la génération internet, 90% des «même» mainstream sont nés là bas. Donc les « lulz » (une contraction de la contraction LOL) sont un groupe de hackers à la croisée de la potacherie lycéenne et du cyber criminalité. Leur site Internet est une ode à une certaine vision de l’Internet, un Internet complètement libre, complètement apolitique, sans aucun mercantilisme. Leur soutien à Wikileaks, leurs cibles et l’apparente désinvolture de leur ton est emblématique d’un esprit libertaire. C’est ainsi que le site de CIA, du Sénat américain ou de Sony ont été les victimes des Lulz et de leurs univers…  Sur le compte twitter c’est 166 300 abonnés qui suivent les faits d’arme de ce groupe. Le ton est moqueur, la fierté évidente d’avoir compromis plus de 1 000 000 de données personnelles chez Sony. Fait amusant, ce n’est pas seulement contre les grands et les puissants que les « lulz » se battent, mais aussi contre les gamers (en faisant tomber le serveur de World of Warcraft) ou même leurs alliés naturels, le forum /b qu’ils raillent à force de tweet féroce. Ceux qui font ces groupes sont évidemment répréhensibles et mettent en danger l’intégrité de données des utilisateurs et leurs actions sont dangereuses. Les polices du monde entier collaborent de plus en plus ensemble afin d’identifier et d’arrêter ces criminels.
Chargement