Notre veille

Article

Médias sociaux en entreprise : les 10 commandements

Article Projets

Saviez-vous, ami blogueur, que vous étiez potentiellement une bombe à retardement pour votre employeur ? Ne nous affolons pas tout de suite, nous disons bien potentiellement. Car si vos déclarations sur les blogs ou autres réseaux sociaux vous engagent d’abord à titre personnel, elles engagent également l’organisme pour lequel vous travaillez. A titre d’exemple, chaque semaine sur Facebook ce sont 5 milliards d’informations qui transitent entre les comptes. Et dans le lot, certaines informations concernant des problématiques internes aux entreprises qui sont littéralement lâchées dans la nature, et ce sans aucun contrôle. Un véritable danger quand on sait les efforts que fournissent les entreprises afin de garder une totale maîtrise de leur communication. Et ce genre de situation peut survenir plus vite que vous ne le pensiez. Un simple « dérapage » sur votre blog, et c’est toute l’entreprise ou la marque que vous représentez qui en pâtit : Google n’oublie rien ! De plus, vous vous exposez inutilement à des représailles qui peuvent être musclées de la part de votre hiérarchie (cf. l’exemple ci-dessous dans le cas de facebook) ! C’est comme ça, que vous le vouliez ou non, sur Internet, vous êtes aussi un ambassadeur de l’entreprise qui vous emploie. Afin de limiter ce type de mauvaise surprise, SHIFT Communications, une entreprise spécialisée dans le marketing sur les médias sociaux, a contribué au développement d’une charte de « savoir-communiquer » correctement, en dix points. Si ce n’est pas la première initiative du genre, celle-ci présente l’avantage d’avoir été entérinée par des juristes professionnels. Voici quelques-unes de ces règles simples mais ô combien importantes si vous voulez éviter de nuire à votre entreprise (mais aussi à votre carrière !) : - Ne vous présentez pas d’une façon qui pourrait nuire à vous ou à votre entreprise, - Evitez de révéler des données confidentielles, - Lorsque votre entreprise gère une situation de crise, ne communiquez pas sur le sujet de votre propre initiative, - Ou encore ne crachez pas bêtement et de manière gratuite ni sur votre entreprise ni sur la concurrence ! Pour plus de détails, consultez le document suivant (libre de droits) Top 10 Guidelines of Corporate Social Media Policy (PDF). Il ne s’agit pas de tomber ici dans la parano du style « Big brother is watching », mais simplement d'être conscient des conséquences que peuvent avoir les traces que vous laissez sur les médias sociaux, comme nous le vous disions déjà dans cet article totalement bluffant. Amis surfeurs, vous voilà prévenus !
Chargement