Notre veille

Article

Nils Andres

Article Conseil

Nils Andres, tu organises la 2ème Conférence International du Marketing du Bouche à Oreille (BAO) à Barcelone. Peux-tu nous en parler ? La 2ème Conférence Internationale du Marketing du Bouche à Oreille se concentre sur les différentes approches pour réussir en marketing sans faire de pub. A partir de là, nous élargissons le champ des méthodes de BAO en utilisant aussi le marketing sur téléphone portable, la construction de communautés et de nouveaux business modèles en média social. Nous voyons le BAO comme un complément du marketing traditionnel, en effet, la publicité classique est toujours très importante pour construire des marques mais pas vraiment pour pousser les ventes. Nous avons donc choisi d’inviter des gens de disciplines très diverses afin de voir ce qui pouvait être fait pour provoquer des dialogues avec les clients, et entre les clients. Nous allons montrer des exemples de DaimlerChrysler, Bzzagent, Mobile365 et voir comment transformer une révolution technique en vente et quelles sortes de nouveaux déclencheurs et règles seront efficaces pour provoquer des discussions sur les marques et les produits. Pourquoi une marque devrait participer à cette conférence? Qu’y trouvera-t-elle ? Les chefs de produit doivent trouver de nouvelles approches, notamment à cause de la baisse d’efficacité des modèles du marketing traditionnel et des approches publicitaires. Nous ne voyons pas le BAO comme un substitut mais comme un complément très puissant aux approches marketing traditionnelles des grandes entreprises afin de générer des ventes et de pousser les marques dans de nouveaux groupes de consommateurs. Cette conférence constitue une plate-forme pour que les marketeurs du futur puissent discuter avec les pionniers du BAO et les médias communautaires (blogs…) sur ce qui va marcher, quand, pourquoi et comment ils devraient tenter d’intégrer le BAO dans leurs plans marketing traditionnels. La conférence de l’année dernière a eu pour conséquence que des entreprises comme UPS, Philips Consumer Electronics et Coca-Cola et leurs managers marketing ont découvert de nouveaux moyens de pousser leurs produits vers de nouveaux groupes de consommateurs en utilisant le BAO. Nous recevons aujourd’hui encore des remontées positives de ces personnes car elles ont pu pousser leurs marques vers de nouveaux horizons simplement en appliquant des techniques qu’elles avaient appris à cette conférence. Ne pensez-vous pas que le bouche-à-oreille n’est qu’une tendance passagère ? Non, le BAO ne constitue plus une tendance temporaire. Nous connaissons actuellement de profondes modifications du marketing. Alors même que les années 70-80 se caractérisaient par un marketing transactionnel et les années 90 par un marketing relationnel et le SAV, une nouvelle phase débute actuellement du fait des changements technologiques et des consommateurs de plus en plus impliqués. On peut décrire cela comme du marketing interactif. Les entreprises doivent prendre en compte le fait que les consommateurs sont de plus en plus actifs dans leur communauté et deviennent des consommateurs de plus en plus intelligents. Ils ont d’ailleurs beaucoup appris des stratégies utilisés par les entreprises pour convaincre d’acheter leurs produits. De fait, il est nécessaire de trouver de nouvelles formes de dialogues entre les entreprises et leurs clients ; le dialogue entre consommateurs étant également à prendre fortement en compte. Le BAO n’est de notre point de vue qu’une partie de la nouvelle donne du marketing. Son importance sera grandissante pour les chefs de produit et bien évidement pour l’industrie de la communication durant la décennie à venir. Néanmoins, un facteur décisif est de professionnaliser le marketing interactif et le marketing du BAO en vue de le rendre plus sophistiqué. Il faut pour cela montrer aux marketeurs ce qui peut être fait. C’est la raison pour laquelle l’industrie du BAO doit définir des normes et mesurer ses réelles retombées. Certains de ces chiffres seront d’ailleurs présentés à notre conférence. Dites-en nous un peu plus sur le Brand Science Institute. Le BSI existe depuis la fin de l’année 2002 et regroupe actuellement 46 collaborateurs à travers le monde. Nous nous concentrons sur la découverte et la formalisation de nouvelles approches de gestion marketing de marque dans le processus de gestion de marques des entreprises. Nos relations étroites avec le monde académique via un réseau de quelques 5600 chercheurs à travers le monde nous fournissent la chance d’exposer aux entreprises nos connaissances sur les tendances marketing émergentes, les nouvelles stratégies qui fonctionnent et le suivi des performances d’une marque. Ainsi elles pourront générer plus de profits avec leurs marques ou encore économiser de l’argent, aujourd’hui souvent inutilement dépensé. Notre tâche est de pousser les ventes des marques en transformant la « connaissance » en « désire ». Quelles seraient tes 5 mots buzz du moment ? Skype, Bzzagent, Apple, Vans Shoes, Yahoo!
Chargement