Notre veille

Article

Noms de Domaine accentués et en caractères non latin

Article Brand Protection

Lorsque le système des noms de domaine a été créé dans les années 80, tout nom de domaine ne pouvait contenir que les lettres de l’alphabet latin standard de a à z, les chiffres de 0 à 9 ainsi que le trait d’union, pour autant que ce dernier ne se trouvait ni en première ni en dernière position du nom choisi. Au début des années 2000 sont apparus les premiers noms de domaine avec des caractères accentués (ex. café.com, bücher.ch, etc.) ainsi que les premiers noms de domaine dans des langues utilisant d’autres alphabets tels que l’arabe ou le japonais (ex. للمهندسين.com, 大和.jp…). Dans le deuxième cas, l’extension restait en caractères latins mais en 2010 sont apparues les premières extensions en caractères non latins, lesquelles sont régulièrement rejointes par des nouvelles (ex. 例如.中国). Ces noms de domaine multilingues sont également appelés IDN (Internationalized Domain Names = noms de domaine internationalisés), appellation un peu contradictoire puisque ces noms de domaine s’adressent essentiellement à des publics locaux. Ils ont été rendus possibles grâce à un logiciel utilisant un algorithme qui converti le nom de domaine multilingue en une combinaison de caractères appelée « punycode », laquelle commence toujours par la séquence « xn-- » suivie d’une série de lettres de l’alphabet latin et/ou de chiffres (pour reprendre des exemples précités : café.com = xn--caf-dma.com, 大和.jp = xn--0trz0i.jp, 例如.中国 = xn--fsqu6v.xn--fiqs8s). Ce logiciel était à l’origine un plugin à télécharger sur les navigateurs web (Explorer, Firefox, etc.), puis il a progressivement été intégré dans ces navigateurs par leurs fabricants respectifs. Pratiquement tous les navigateurs peuvent à présent décoder ces noms de domaines (certains navigateurs l’afficheront tel que vous le tapez, d’autres afficheront le punycode correspondant). A noter que si les noms de domaine multilingues fonctionnent à présent sur pratiquement tous les navigateurs web, ils ne sont compatibles avec aucune autre application, y compris les clients d’e-mails. Impossible donc à ce jour de créer par exemple des adresses e-mails avec des noms accentués ou en caractères cyrilliques. En ce qui concerne précisément les caractères cyrilliques ainsi que d’autres alphabets comportant des lettres visuellement identiques à des caractères latins mais avec une tout autre signification, cette ressemblance a déjà été utilisée à des fins illicites. Par exemple « раураІ.com » ne correspond pas au nom de domaine du célèbre prestataire de paiements en ligne mais à la séquence « RAURAI » en caractères cyrilliques. C’est pourquoi les banques recommandent toujours à leurs clients de ne jamais cliquer sur des liens dans des e-mails semblant provenir de leur banque mais de taper manuellement le nom de leur banque dans leur navigateur. Certains opérateurs d’extensions, pour éviter des situations comme celle décrite ci-dessus, ne permettent tout simplement pas l’enregistrement de noms de domaine multilingues alors que d’autres limitent cette possibilité (ex. l’opérateur du .eu n’autorise que tous les caractères qu’on retrouve dans au moins une langue officielle de l’Union Européenne ; l’opérateur du .中国 [.chine en chinois] n’autorise que les caractères latins et chinois alors que celui du .fr n’autorise que les caractères latins accentués ou non). On notera enfin que l’opérateur du .ru a tenté, dans le passé, d’obtenir la création du .РУ [.ru en cyrillique] mais a dû renoncer au profit du .РФ [.rf pour Russian Federation], le .РУ étant visuellement trop proche du .py, l’extension du Paraguay.
Chargement