Notre veille

Article

Noms de domaine : un business à part entière...

Article Projets

Alors que le nom de domaine le plus cher du monde a été remis aux enchères le 21 février, faisons un point sur l’actualité des noms de domaine en général sur la toile. Sex.com, voici le nom de domaine le plus cher du monde. En 2006, il a été acheté pour 14 millions de dollars. Aujourd’hui, la mise de départ est à 1 million de dollars. Dans le top 5 des noms de domaine les plus chers du monde, nous retrouvons dans l’ordre porn.com, business.com, diamonds.com et beer.com. Des mots simples, populaires, et surtout qui peuvent rapporter gros ! Un des phénomènes qui pourrait expliquer ces tarifs est l’augmentation ininterrompue des enregistrements de noms de domaine sur Internet. Tout le monde veut sa place, et ce à tout prix, car les profits possibles sur la toile ne sont plus à prouver. D’après l’article du Journal du net et la source Verisign, 192 millions de noms de domaine seraient à ce jour enregistrés sur Internet. Le premier .com a été enregistré en 1985. Aujourd’hui, on en dénombre près de 96,7 millions. La Chine avec le .cn profite de la plus forte augmentation avec 467% sur un an, ce qui ne nous étonne guère car ce pays correspond à l'une des zones les plus à risque en termes d’enregistrements abusifs. Quant à la France avec le .fr, c’est une hausse annuelle de 23%. Internet est devenu une priorité pour les marques, à tel point qu’il devient nécessaire de vérifier si le nom de domaine est disponible sur la toile avant de choisir un nom pour sa marque ou son produit. Si cela n’est pas fait, l’entreprise risque alors de devoir surmonter beaucoup de complications pour récupérer sa place sur internet, sans être sûre de parvenir à son but ! Nous pouvons citer le cas de la société française Salomon, articles et vêtements de sport, qui a pu récupérer le nom de domaine salomon.com grâce à une procédure UDRP (Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy) portée à l’attention de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) ceci plusieurs années après avoir vu ce nom utilisé par une société tierce. Dans l’intervalle, la marque avait du adapter l’URL de son site avec le nom de domaine salomonsports.com (voir l'article publié à ce sujet).
Chargement