Notre veille

Article

Noms de domaines et campagnes politiques

Article Brand Protection

Depuis quelques temps, on remarque que le monde politique s’empare du Web et l’utilise comme un nouvel outil pour ses campagnes.

On a ainsi vu se multiplier les  cas de « politique squatting ». Derrière ce terme se cache une pratique qui consiste à réserver un nom de domaine en rapport avec son ou ses opposants politiques, afin de détourner une partie de son audience et parfois d’en profiter pour le tourner en dérision. On peut prendre pour exemple le nom de domaine www.nicolas-sarkozy2012.fr, sur lequel est hébergé un graphique et un courrier du titulaire adressé au Président sortant. La page est ainsi présentée : « A la suite d’une crise de confiance persistante de Nicolas Sarkozy, ce nom de domaine ne vaut plus rien. Il sera donc tout prochainement rendu à son propriétaire légitime pour la modique somme de 1€ ». En pied de page, un lien redirige vers un courrier adressé au candidat de l’UMP. Tous les partis sont concernés, ainsi pour ne pas faire de politique, car ce n’est pas là notre propos, prenons l’exemple du nom de domaine www.lechangementcestmaintenant.fr, qui reprend l’intitulé du slogan de campagne du candidat du PS. Cette fois on peut lire sur la page « François Hollande – Le programme caché – l’UMP rétablit la vérité ». Le parti de droite s’est joué du candidat de l’opposition en  réalisant un tract tournant en ridicule le programme socialiste. Anticiper la réservation des noms de domaines est ainsi devenu un véritable enjeu stratégique en termes de visibilité sur Internet. En effet, les campagnes politiques notamment dans le cadre des élections présidentielles, doivent aujourd’hui composer avec ce nouveau média et toutes ses subtilités. Les candidats, bien que parfois encore maladroits, comme l’illustrent les exemples ci-dessus, ont compris les enjeux que représentent aujourd’hui Internet. Les 10 candidats à l’élection de mai 2012 ont ainsi tous fait des propositions sur le sujet. Plusieurs des propositions qui auraient été faites par les candidats semblent extravagantes. Ainsi, Marine Lepen, candidate du front nationale, aurait proposé « [l’]Obligation d’utiliser le bleu-blanc-rouge pour tous les noms de domaine en .fr ». Jean-Luc Mélenchon aurait pour sa part proposé la « Collectivisation des noms de domaine de valeur. Par exemple : jouissance commune de sex.com ». On retiendra dans tous les cas que ces questions sont aujourd’hui au cœur des débats. La gestion et la réservation des noms de domaines font partie des nouveaux enjeux des campagnes politiques de nos jours. Aux vues des événements relatés, on peut choisir de considérer la campagne Présidentielle de 2012 comme un coup d’essai, un tour de chauffe, pour des candidats qu’on n’y prendra plus. Preuve de l’accroissement de l’intérêt suscité,  les noms de domaines, www.presidentielles2017.com et .fr ;  www.presidentielle.com, .net, .fr et .eu  et enfin www.electionpresidentielle2017.com et .fr ont d’ores et déjà été réservés et pour certains proposés à la vente…

Chargement