Notre veille

Article

Parlons cancer avec humour

Article Conseil

Le recours au choc dans les campagnes de communication de grandes causes s’est banalisé ces dernières années : images chocs, violence des mots, douleur, rien ne nous est épargné pour nous sensibiliser. Pour toucher notre inconscient, la publicité se sert de stimuli comme la peur, qui est un stimulus émotionnel réellement déstabilisant pour l’individu en débat permanent avec lui-même. Cependant cette volonté des publicitaires de choquer pour attirer l’attention du public est très controversée. D’autant plus que la publicité est omniprésente, et  il est difficile de l’ignorer quelque soit notre sentiment à son égard. Les publicitaires vont donc chercher à tout prix à attirer l’attention des consommateurs pour se démarquer des concurrents. Certains vont privilégier l’émotion au choc. Cependant, dans les campagnes de prévention, l’émotion est souvent retranscrite sur un ton nostalgique. On essaye même de nous faire culpabiliser lorsque l’on n’adopte pas le comportement adéquat (ex : se faire dépister ou ne pas mettre de préservatif). Ce qui est assez lassant à la longue, vous en conviendrez. Alors pourquoi ne pas simplement prendre le parti de communiquer sur une maladie sur un ton humoristique ? Pourquoi ne pas surprendre et aller à contre courant des communications traditionnelles ? L'association "France Lymphome Espoir"(FLE) (et non pas la fondation France Lymphome) a  pris ce parti pris avec un spot décalé jouant sur les quiproquos et les calembours de cette maladie.  Le lymphome est une maladie méconnue du grand public et à l’occasion de la journée mondiale du lymphome qui se tiendra le 15 septembre prochain, la  FLE nous informe et se démarque avec son spot original. L’idée de nous faire esquisser un sourire en abordant un sujet aussi grave que le cancer est à mon avis pertinente. Plus d’idées noires, plus de rejet du spectateur ; une information délivrée avec simplicité et subtilité. Je vous laisse découvrir la vidéo et je suis prête à parier que le buzz sera positif. Souvenez-vous le spot humoristique de l’INPES sur les IST.

PS: Merci pour cette précision qui m'a permis de modifier quelque peu mon article.

Chargement