Notre veille

Article

Plus de 15 ans déjà que la pub se fait sa place sur la toile !

Article Projets

1993 : Heller Ehrmann LLP, cabinet d’avocats international, est le premier annonceur de publicité sur internet avec une bannière sur le site de la Global Network Navigator. Aujourd’hui : Comptons plutôt les sites où la publicité n’est pas présente et retraçons les étapes les plus importantes de ce mode publicitaire ... Un monde réservé aux connaisseurs L’avènement de la publicité en ligne arrive en 1994, lorsque qu’une bannière professionnelle est réalisée aux USA pour l’opérateur de téléphonie American Telephone & Telegrah. A l’époque, seuls les professionnels du secteur – ATT, Hewlett Packard, IBM- se risquent sur le terrain de la publicité online. Le Royaume-Uni suit cette même année les Etats Unis dans cette tendance et en 1995, on peut déjà compter un taux de clic variant en moyenne de 10 à 40% ainsi qu’un chiffre d’affaire aux USA de 37 millions de dollars. Autre étape importante, c’est aussi en 1995 que Yahoo intègre pour la première fois des espaces publicitaires dans la nouvelle version de son portail. 1996 voit arriver la 1ère bannière interactive réalisée en .dir, avec Hewlett Packard, et Flash commence à se faire sa place, mais les possibilités restent encore très limitées comparé à ce que nous connaissons aujourd’hui (beaucoup de contraintes techniques rencontrées par les créateurs). Fait marquant de l’année 1998, l’apparition du moteur de recherche Google, aujourd’hui leader en France dans le domaine des liens sponsorisés. De là débute un effet de banalisation de la présence de la publicité. En témoigne la chute du taux de clic en 1998 : le taux passe de 10 à 40% en moyenne à 0,5% puis à 0,1%, témoignant de l’insatisfaction des utilisateurs face à ces techniques. Mais certaines contraintes vont pouvoir être levées grâce à l’apparition du haut débit en 2000. Apparaissent aussi les premiers rectangles larges en Flash, les « pavés », diffusés par CNet, format qui est aujourd’hui imposé dans la pensée publicitaire online selon DDB Paris. Les années 2000 et leurs innovations Premier fait marquant des années 2000, le pop-up ! Présent sur près d’un tiers des sites dans le monde en 2001, il fait parler de lui. Commence alors le débat sur ces fenêtres publicitaires intrusives, de faible qualité créative et où le message relève plus de la promotion que d’une simple publicité. Puis en 2001, le Flash transparent ou floating out, qui cache le site où il est diffusé. javascript:barre_raccourci('','',document.formulaire.texte) En 2002, alors que les USA connaissent une large baisse du chiffre d’affaire de la publicité en ligne, la France double ses revenus. En corrélation avec cela, les accès à l’Internet haut débit qui ont presque triplés à cette même période et qui appuie dès 2003 une augmentation de la présence du rich média – publicités dynamiques, pop-ups, bannières en Flash – dans les pages web. Il faudra attendre 2005 pour que cette technique soit vraiment adoptée par les marques, qui proposent de plus en plus de véritables créations à leur public. Internet commence enfin à prendre sa place en tant que média à part entière, et à être reconnu pour les avantages incomparables qu’il est le seul à avoir. Une communication surdimensionnée Une autre dimension prend de l’ampleur en 2005 et renverse la tendance : certes l’annonceur communique via internet, mais l’internaute le peut aussi, par le biais de blog, de forums, de vidéos, où il exprime son opinion, et finit par imposer sa griffe en créant ou détruisant une image de marque tant le phénomène prend de l’ampleur. 2005 voit aussi arriver YouTube, démocratisant la vidéo sur internet et généralisant la publicité en ligne. Tout devient presque possible sur la toile, avec ses bons et ses mauvais côtés. Des intermédiaires tels que les régies et adservers font leur apparition en 2004, et Windows XP lance son pack de mise à jour SP2 qui bloque les pop-up par défaut en tant que fenêtres intrusives, sauf exceptions bien sûr ! La vidéo commence à apparaître sur le net dans les formats publicitaires, mais les contraintes techniques s’avouent aussi difficiles à surmonter et limitent encore l’utilisation. Aujourd’hui sur le net, et demain ? A ce jour, il n’est évidemment pas conseillé pour une marque de ne pas être présente sur internet que ce soit pour son image de marque ou en termes de développement commercial. Celle-ci peut désormais toucher sa cible par des méthodes aussi riches que variées : bannières, vidéos virales, mini site dédié, liens sponsorisés, ... Le développement de la relation entre la marque et l’internaute peut s’exprimer pleinement. C’est un dialogue qui s’impose. Internet ne semble plus avoir de limite, et face aux évolutions que nous avons déjà connues, il devient le monde du « tout est possible ». Reste seulement à trouver les bons axes pour communiquer en respectant les libertés de chacun. Sources : - JDN - [L'Internaute ->http://www.linternaute.com/histoire/categorie/138/a/1/1/histoire_d_internet.shtml]
Chargement