Notre veille

Article

Quel est l’impact des réseaux sociaux sur le SEO ?

Article SEO

  La question de l’impact des réseaux sociaux est fréquemment abordée lorsque l'on parle de référencement. Une présence sur les réseaux sociaux est-elle bénéfique pour positionner un site dans les moteurs de recherche ? Bien que peu d’informations officielles existent sur le sujet, certaines observations tendent à confirmer l’hypothèse d’un signal positif à ne pas négliger. Une corrélation évidente Les éditeurs de logiciels SEO Moz.fr et Searchmetrics mènent régulièrement des études dites de corrélation basées sur l’observation des résultats de recherches. Ce type d’études consiste à mettre en lumière les critères que présentent fréquemment les pages positionnées haut dans les résultats de recherche. Visualisation des résulats de l’étude Searchmetrics On observe que les pages très likées, partagées, plussées, tweetées sont mieux classées dans les pages de résultats que les pages qui ne bénéficient pas de signaux sociaux.  Un constat intéressant à analyser avec du recul. Un fort engagement sur les réseaux sociaux n’est pas nécessairement la cause d’un bon classement mais peut être la conséquence. Une bonne visibilité en référencement naturel repose avant tout sur un contenu pertinent pour l’internaute. Un contenu de qualité est également plus enclin à être partagé.  La position de Google et Bing Du côté des moteurs de recherche, Duane Forrester, Product Manager pour le Webmaster Program de Bing a annoncé dès 2011 que les signaux sociaux étaient le deuxième critère pris en compte dans son algorithme, juste après la pertinence du contenu. Bing met donc l’accent sur l’avantage qu’il possède par rapport à Google, à savoir son accord avec Twitter et son actionnariat dans Facebook. Chez Google, Matt Cutts déclare que les données issues de Facebook ou Twitter ne prennent pas part à l’algorithme. Il indique que le moteur n’y a pas accès et préfère parler de ‘signal’. Toutefois, dans une intervention du 5 mai dernier, le responsable de la cellule de lutte contre le spam indiquait que l’importance des backlinks serait amenée à diminuer dans les années à venir. Est-ce à dire que de nouveaux facteurs comme les signaux vont désormais prendre part aux critères de positionnement d’une page ?  L’exception Google + Lancé en juin 2011, Google+ est aujourd’hui le troisième réseau social en termes de membres actifs derrière Facebook et Twitter. Le dispositif Authorship déjà visible dans les pages de résultats de recherche, permet d’associer un contenu à un auteur en présentant directement dans les SERPs la photo de l’auteur, le lien vers son profil et l’importance de son réseau. Une présentation plus attractive qui met en valeur les contenus qui possèdent un auteur identifié, influant positivement sur le taux de clic. Mais c’est la deuxième étape du projet Google + qui retient toute notre attention. C’est-à-dire le déploiement de l’Authorank; dispositif qui va permettre de prendre en compte l’autorité d’un auteur sur un sujet  dans l’algorithme de positionnement d’une page (importance du réseau de l’auteur, expertise sur la thématique traitée, taux d’interaction sur les contenus qu’il produit…) Une forme d’ « Author Rank » relative aux articles de fond est déjà présente dans l’algorithme indique Matt Cutts dans ce tweet : Quant aux +1 et partages sur Google +, ils sont bien sûr pris en compte dans le positionnement d’une page comme le montre ce test présenté au SEO Campus 2014 qui consistait à tenter de positionner des articles de blog uniquement à l’aide de +1 et partages sur Google+. Les résultats confirment  un gain de positions. Toutefois, le départ de Vic Gundotra  fondateur de Google + laisse planer quelques doutes quant à la stratégie de la firme de Mountain View vis-à-vis  de son réseau, comme le soulignait récemment l’éditeur Techcrunch. Les réseaux sociaux comme levier de création de liens ? A première vue les réseaux sociaux peuvent paraître particulièrement intéressants dans une stratégie de Linkbuilding. Chaque publication peut en effet s’accompagner d’un lien vers une page d’un site web. Mais si on y regarde de plus près, la majorité des liens issus de ces plateformes sociales ne sont pas suivis par les moteurs de recherche car ils présentent  l’attribut « rel=nofollow ». C’est le cas des réseaux comme Facebook, Twitter ou Google + (à l’exception toutefois des liens présents dans le profil). Vers la complémentarité des stratégies marketing Quelle que soit l’influence de ces deux disciplines l’une envers l’autre, il s’agit de leviers complémentaires visant l’objectif commun d’acquisition de trafic.  Tous les signaux qui permettent à votre entreprise d’émerger en tant que marque reconnue sur la toile sont à favoriser. C’est pourquoi une vraie synergie est dès lors cruciale entre le référencement naturel et l’optimisation des réseaux sociaux (SMO) mais également entre les autres disciplines du marketing entrant : le marketing de contenu (Content Marketing), l’expérience utilisateur (UX), l’e-reputation sans oublier l’analyse du trafic pour transformer vos visites  en conversions.
Chargement