Notre veille

Article

Samir Nasri et ses crampons qui tweetent

Article Conseil

Chacun sa manière de tenir au courant ses supporters. Certains sont encore au très classique communiqué de presse, et aux interventions télé ou radio, pendant que d’autres, un peu « geek » dans l’âme, investissent Facebook et Twitter. C’est le cas de Samir Nasri, joueur du club d’Arsenal, il a créé son compte Twitter il y a juste un mois, et compte aujourd’hui plus de 93 700 followers.

Pour ceux qui ne le suivent pas encore, Il a quand même eu l’idée de faire floquer « Nanas » (son pseudo Twitter) sur sa paire de chaussures,  ce qui a n’en pas douter, doit ravir son équimentier Nike….

Ce souci du détail semble payer car même le très populaire Yaonn gourcuff n’a que 7 775 abonnés à son compte. Bien sur Nasri ne détrônera pas, ou pas de suite, Cristiano Ronaldo avec ses 1 628 285 followers.

Communiquer par le biais de Twitter  s’étend un partout dans le monde du football (on se souvient aussi de l’interdiction de Twitter avec l’équipe hollandaise pendant la coupe du monde). Mais le 28 décembre dernier à Newcastle,  le défenseur Jose Enrique avait annoncé à ses 7400 abonnés sur Twitter qu'il ne jouerait pas en raison d'une blessure à la cuisse. Une erreur de la part de l’espagnol car l’entraineur Alan Pardew, voulait faire croire jusqu’au bout que ce dernier serait présent sur le terrain pour des raisons stratégiques. Depuis ce jour, l’entraineur a imposé des réglementations strictes pour l’usage du Twitter à ses joueurs. A quand le premier club qui publiera sa charte des médias sociaux pour ses joueurs ?

Aux pays des fondateurs de Twitter, les sportifs américains, quant à eux, ont bien compris la puissance de l’outil. Photos exclusives, scoops, ils utilisent le média afin de promouvoir leur équipe, mais surtout eux-mêmes… Redoutable arme de personal branding, leur fil twitter est un cordon qui permet à leurs fans d’avoir une expérience « intime » avec leurs athlètes.

Chargement