Notre veille

Article

Small is beautiful

Article Conseil

Quand on parle grandes marques, cela rassure, comme si ce qui était grand était a fortiori gage de stabilité. Pourtant, les économistes avancent souvent comme explication à la meilleure résistance de l’Allemagne à la crise la force de ses PME, innovantes et compétitives. « Petit… mais costaud », comme disait la framboise peu amène de Pimousse ! De là à dire que les PME méritent une stratégie digitale bien à elles et non pas une duplication à moindre frais de ce qui se fait pour les grandes entreprises, il n’y a qu’un pas - que je franchirai. Les grandes enseignes attirent. C’est vrai que nombre d’entre-elles ont du panache, souvent leurs stratégies digitales et leurs campagnes de pub marquent les esprits. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, mais personnellement je garde encore en mémoire le formidable buzz créé en 2010 (il y a donc 2 siècles en années digitales !) autour de la campagne « bienvenue, au revoir» de Voyages-SNCF. Plus récemment, je parlais dans ce blog de la stratégie digitale extrêmement bien pensée de Procter & Gamble à l’occasion des Jeux olympiques de Londres 2012. Je n’ai pas en tête de telles campagnes pour une PME. Cela viendrait-il à dire que le digital est réservé aux grandes marques ? Si non, quelle stratégie digitale pour les  PME aux poches bien moins profondes ?     La semaine dernière, le gourou américain du digital Brian Solis a consacré le premier article d’une série qu’il consacrera aux PME au sujet « Les 5 manières dont une stratégie digitale peut aider les PME ». Au lieu de paraphraser, en nécessairement moins bien, ce que Brian a écrit, voilà une traduction de son article suivi d’un résumé de ses enseignements. « Une des plus grandes idées reçues sur les stratégies sur les médias sociaux est qu’il faudrait être une grande entreprise pour y remporter du succès. L’impression partagée par beaucoup est que les grandes entreprises ont des ressources illimitées – personnel et budget – pour adopter toutes les dernières innovations en date. Ce n’est tout simplement pas vrai. Comme partout ailleurs, les gens sont concentrés sur leur travail et tout ce qui vient s’y greffer de nouveau est envisagé avec méfiance. La vérité est que les petites structures ont un énorme avantage sur les grandes entreprises, à savoir la faculté d’identifier et de s’adapter aux nouveautés plus vite et en investissant moins. Leur capacité à apprendre est meilleure. Alors, quand il est question de savoir comment adopter une stratégie sur les médias sociaux, pourquoi les PME devraient-elles s’inspirer et prendre pour modèle les grandes entreprises ? a)      Parce qu’elles ont des millions d’amis, de fans et de followers ? b)      Parce qu’elles obtiennent des tonnes de « J’aime », de tweets et de vues sur Youtube ? c)       Parce qu’elles ont à disposition un contenu meilleur – vidéos, commentaires, infographies, visuels ? d)       Rien de tout cela. La réponse est « d) » – rien de tout cela. Pourquoi ? Tout simplement parce que la plupart des entreprises, les grandes comme les petites, n’ont pas répondu à la question la plus importante : pourquoi ? Pourquoi devrait-on aller sur les réseaux sociaux ? Pourquoi nos clients y engageraient-ils une relation avec nous ? En quoi génèrerions-nous de la valeur grâce à notre positionnement sur les réseaux sociaux ? En quoi cela aura-il un impact sur mon activité ? A l’origine du problème, un fait : les entreprises s’engagent aujourd’hui sur les réseaux sociaux avec la technologie en tête en lieu et place d’avoir la solution en tête. Beaucoup s’engouffrent sur Facebook, Twitter, Youtube, Google+ et autres sans penser en termes d’opportunités, d’attentes des clients, ou encore de partage d’expérience. » Une fois le contexte posé, Brian Solis propose une méthodologie en 5 points : Premier point : écoute, cherche, renseigne-toi. Regarde sur Internet (Google, Facebook, Twitter, Google+, blogs) ce qui se dit et ce qui se fait sur ton métier. Prends des notes, identifie des tendances, étudie les comportements, réponds à ces questions : qui ?, quoi ?, quand ?, pourquoi ?, comment ? Sélectionne tes réseaux par priorité. Deuxième point : définis ta marque en ligne. Décris tes services, ton savoir-faire, ton petit plus qui te rend unique et te différencie des concurrents. Ne sois pas trop « commercial ». Troisième point : mets en œuvre ta stratégie digitale en te rendant intéressant. Rends ta présence en-ligne originale et taillée sur mesure pour tes clients. Ecris-leur des messages qui les intéressent. Fournis leur du contenu en lien avec tes intérêts professionnels et personnels. Trouve le bon équilibre entre message personnels et messages professionnels, car tout ne doit pas tourner autour du business. Quatrième point : deviens « quelqu’un » dans ta communauté. Partage ta connaissance, tes remarques, tes questionnements, tes solutions. Pose des questions à ta communauté, réponds-lui aussi de manière fouillée et personnelle. Investis-toi aussi sur les réseaux des autres en commentant leur publication. Mets en relation les uns avec les autres. Sois présent. Cinquième point : répète régulièrement les étapes précédentes car la technologie et les comportements évoluent. Mets-toi dans les chaussures de tes clients. Tout est source d’apprentissage et d’amélioration. Garde les yeux ouverts. Quant à moi, j’espère une seule chose, c’est que vos yeux soient toujours ouverts à la fin de cet article que je résumerai en disant que tout est question de temps (et oui, il faut arriver à trouver cette chose si précieuse qu’est le temps, car si Rome ne s’est pas construite en un jour, votre stratégie digitale non plus), de contenu (il faut trouver ou écrire du contenu intéressant, une lapalissade semble-t-il, pourtant c’est à mon avis la clef de la réussite) et de lien (créé en restant naturel et grand dieu pas de slogans commerciaux qui tomberaient comme un cheveu sur la soupe et refroidiraient vos relations avec vos cibles).
Chargement