Notre veille

Article

T-Lux, histoire d'un vrai-faux opérateur mobile luxembourgeois

Article E-réputation

Le marché mobile luxembourgeois compte actuellement 3 opérateurs : Lux-GSM, Vox Mobile et Tele2Tango, mais la semaine dernière, des annonces publicitaires Facebook annonçaient l'arrivée imminente d'un quatrième acteur sur ce marché : T-Lux. Les publicités redirigeaient les internautes vers le site du futur opérateur sur lequel une vidéo du directeur de T-Lux, Thierry Tonnard, expliquait dans les grandes lignes les innovations proposées et invitait à revenir le 19 septembre pour l'ouverture des inscriptions. De retour le 19 septembre, une nouvelle vidéo présentait l'avancée du projet et l'état dans lequel se trouvait Thierry Tonnard, en l'occurrence, débordé et complètement perdu. Le site, lui aussi, avait perdu de sa superbe et finissait même par tomber littéralement, laissant apparaître le nom de l'agence luxembourgeoise qui se cachait derrière ce site... ou plutôt cette opération de buzz : Digital-Studio. Interrogé sur leurs motivations et les raisons de cette campagne, François Vincentelli a répondu : “Digital Studio n’ayant pas vocation à être une agence de Buzz marketing, la cible de cette campagne était en premier lieu les agences de communication et responsables d’entreprises. Simuler l’arrivée d’un nouvel opérateur était le meilleur moyen d’attirer l’attention. En effet, le marché au Luxembourg étant pour le moins sclérosé, l’irruption d’un nouvel entrant allait alimenter les conversations. Une cible secondaire, composée de jeunes et de particuliers, s’est greffée sur le cœur de cible, véhiculant parfaitement le Buzz (l’engouement suscité suggère-t-il un réel potentiel pour une offre alternative?). On a adopté un plan bannering sur Facebook, pour plusieurs raisons : la sélectivité géographique du média, les coûts raisonnables (en tout cas pour le Luxembourg), et un taux de « clic » supérieur au bannering sur d’autres sites. Il était également intéressant d’être au cœur d’un média social. En se plaçant au cœur du réseau d’une personne, on est en bonne place pour contaminer ses connaissances. Facebook est aussi un espace relativement intime pour une personne, on court-circuite donc en partie son hostilité ou sa méfiance envers la publicité.” Certes, la campagne Facebook peut se substituer à un plan média traditionnel. Toutefois, cet exemple ne peut s'appliquer qu'à un petit pays comme le Luxembourg. Mais quid du ciblage ? Les cibles B2B sont-elles sur Facebook ? Dans l'absolu oui, mais Facebook permet-il de les atteindre directement? Actuellement non. De plus, bien que le tir ait été rectifié pour la seconde phase du buzz, la première vidéo n'était pas exportable sur un site tiers : une erreur dommageable dans une démarche de création de buzz, mais cohérente dans la mesure où le message devait être aussi crédible que possible. Il en reste que la vidéo YouTube n'a été vue que 110 fois et qu'il n'existe pas de statistiques publiques pour celle du site. L'opération aurait pu être encore plus virale si Digital Studio avait surfé sur "l'événement" mobile de la semaine dernière : l'arrivée de l'iPhone au Luxembourg. Ne boudons cependant pas notre plaisir. T-Lux et Thierry Tonnard nous ont offert un petit bêtisier des deux vidéos...
Chargement