Notre veille

Article

Twitter prisé par les squatteurs

Article Conseil

Récemment nous vous parlions des entreprises du CAC 40 et de leur compte squatté sur Twitter. Il s’avère aujourd’hui que le cybersquatting se développe à l’excès. Twitter (service de miccroblogging à mi-chemin entre le blog et la messagerie instantanée) est devenu le nouveau terrain de jeu des squatteurs d’identité. Ce phénomène dénommé Name Squatting par Twitter, touche 67% des marques High tech (Websourcing) ! Alors que les entreprises commencent à reconnaitre la valeur ajoutée de ce réseau social, elles sont confrontées à l’usurpation de leur nom, soit l’ouverture d'un compte reproduisant la marque par un tiers n’ayant aucun droit. Au final, le problème qui se pose est la récupération du compte. Ainsi, de l’action simple, rapide et gratuite d’ouverture d’un compte, la marque se retrouve face au problème de récupération du compte, process long, coûteux et incertain. La difficulté est de taille, car les principes d’utilisation de Twitter n’autorisent pas le transfert de compte (cœur de la récupération). Et si Twitter proscrit le « Name squatting » sa réponse n’est pas adéquate : dépôt de plainte par e-mail, donnant lieu au blocage définitif du compte sur décision discrétionnaire de Twitter. Le blocage du compte, s’il empêche toute utilisation future du compte, ne permet pas à la marque de réparer le préjudice subi. En effet l’action même du squatteur ternit l’image de la marque, et les posts publiés resteront référencés sur Google. La récupération du compte permettrait à la marque d’agir à la source même du problème, l’action de défense optimale. Quelles sont donc les solutions qui s’offrent aux entreprises ? Leur marge de manœuvre pour se défendre est faible et pourrait se résumer en 2 points : - Récupérer le compte, comme a pu le faire CNN, en violation des principes Twitter et risquant la fermeture ultérieure du compte, mais apportant la réponse adéquate au préjudice subi. - Etre présent sur Twitter, par la réservation du compte de la marque et son utilisation régulière pour éviter toute fermeture pour inactivité, ou dans le meilleur des cas réaliser sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux. La proactivité reste donc le maître mot pour s’affranchir des risques d’usurpation. On peut souhaiter parallèlement que Twitter permette une lutte répondant aux besoins des marques soit la récupération de compte via un process sécurisé.
Chargement