Notre veille

Article

Un milliard and counting

Article Conseil

Le site que l'on qualifie tantôt d'outil de micro-blogging, de messagerie instantanée "one to many" continue à prendre de l'ampleur tant en terme de volume d'utilisateurs que de volume d'utilisation. Mais ces utilisateurs coûtent cher. Et aujourd'hui, sans milliardaire excentrique pour financer les serveurs ce type de site ne peut donc pas continuer à fonctionner puisque la montée en charge induite par l'accroissement de la masse d'utilisateurs n'est pas suivie par un investissement. L'article de MarketingVox en ce sens est assez drôle puisqu'il évoque la notion de Pay-Per-Twitt qui amène la question suivante : seriez-vous prêt à payer pour utiliser ce service? Là où les concurrents se bousculent sans pour autant réussir à détrôner le leader du secteur, il est clair que Twitter a une carte à jouer ! Cependant le patron veut éviter de faire appel à des investisseurs à nouveau : "The VCs have the money, but they'll just negotiate harder," explique le CEO Evan Williams. "I want to manage things so I don't have to raise money in 2009." L'apparition de Twitter dans les programmes promotionnels de chaînes TV américaines, son intégration dans la plupart des plans de communication (Barack Obama a ce titre l'a énormément utilisé) et son utilisation grandissante par les marques laisse pourtant un champ de possibilités qui est tout sauf inintéressant.... Zappos, Comcast, Starbucks, GoDaddy, Renault et Amazon font partie de ceux qui pourraient bientôt avoir à payer pour utiliser un compte Twitter "professionnel".
Chargement