Notre veille

Article

Wall-E et sa love story avec Apple

Article Conseil

Tandis que Wall-E, le dernier né des studios Pixar sortira dans une semaine en France, le film réalise déjà un joli score au box office américain, écrasant le chiffre d'affaires du précédent opus maison, Ratatouille. Succès aidant, le film déchaîne les passions et les débats. L'un d'entre eux a trait à la petite amie de Wall-E, EVE, une jolie petite femme robot à la robe immaculée et épurée. Il ne manquerait plus qu'une petite pomme apposée sur cette silhouette parfaite et d'un "i" accolé en préfixe pour évoquer une marque bien connue: Apple. Une marque "cachée" dans un film, cela ressemble presque à du placement de produit! Mais qu'est-ce-qu'un bon placement de produit ? Un téléphone Nokia dernier cri dans Matrix? Le lecteur Blu-Ray d'un Sony Vaio dans Casino Royale? Un MacBook dans Sex and the City? Ou tout simplement une célèbre marque de soda ou de cigarettes? On serait tenté de penser qu'un film en images de synthèse, a priori réservé à un public jeune, est le dernier des endroits où placer ses produits. A l'opposé, le vrai business de ces films réside dans les objets dérivés. Et pourtant, à y regarder de plus près, le dernier Pixar semble faire la part belle à certains produits de la célèbre marque pommée. Ici, une souris blanche à un seul bouton rappelant une certaine "Mighty Mouse"... Là, un iPod pour projeter un film... Ou encore le son d'un Mac au démarrage bien placé au milieu du film. (cf. l'analyse vidéo de CultOfMac.com) Bien sûr, ces signes sont avant tout reconnaissables par les Mac-Users à l'affût de la moindre apparition de leur marque fétiche. Le coup est trop évident pour relever du hasard... Car Steve Jobs, patron d'Apple, dirige également Pixar, ou plutôt dirigeait... Steve étant aujourd'hui actionnaire majoritaire de Disney après avoir revendu son fleuron aux studios de Mickey en 2006. A y regarder de plus près, on apprend d'ailleurs que le père d'EVE n'est autre que Jonathan Ive, responsable du design chez Apple, mis expressément sur le coup par Steve Jobs... La force du placement de produit est d'être perçu par le consommateur de façon subconsciente. En dépassant la mode du placement de produits voyants, voire "bling bling", le couple Apple-Pixar fait mouche. Et si ce type de placement de produit était l'avenir du genre? Comme le souligne James McQuivey, analyste chez Forrester Research: "Les gens parlent du comment les produits et les marques vont sponsoriser les films [...] Mais Apple a déjà fait cela sans être impliqué directement. [...] J'appellerais cela un hommage au produit. Et c'est bien plus valable que du placement de produit. Ca ne renforce pas simplement un produit Apple, ça renforce toute l'approche du design du MacBook à l'iPod jusqu'à l'iPhone." N'en déplaise à ses détracteurs, Apple innove depuis son origine, dans le design et l'ergonomie de ses produits mais aussi et surtout dans son approche du marketing. Même s'il est clair que Steve Jobs, à l'origine de ce cross-marketing, jouit d'une situation unique et enviable, la question mérite d'être posée: allons-nous assister dans les prochaines années à une évolution quasi-subliminale du placement de produit? Chez Apple et Pixar, on semble en tout cas s'en amuser, comme le prouve cette vidéo "Get A Mac" version Wall-E. Bien évidemment, comme tout bon film d'animations, Wall-E n'échappe pas au business des produits dérivés. Bien vu par exemple le robot qui, branché à son iPod/iPhone, danse au rythme de la musique. Après avoir pensé Apple sans vraiment y penser durant tout le film, il ne reste plus qu'à jouer dans la vie réelle avec les produits Pixar-Apple. La boucle est ainsi bouclée!
Chargement